«Attaque terroriste» à Copenhague lors d'un débat sur l'islamisme

Environ 30 balles ont traversé la fenêtre du... (Mathias Oegendal, Agence France-Presse)

Agrandir

Environ 30 balles ont traversé la fenêtre du café Krudttoenden, selon le réseau de télévision TV2.

Mathias Oegendal, Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sören Billing, Hugues Honoré
Agence France-Presse
COPENHAGUE

Un homme a criblé de balles samedi à Copenhague un centre culturel qui abritait un débat sur l'islamisme et la liberté d'expression, auquel participaient l'auteur d'une caricature de Mahomet et l'ambassadeur de France, faisant un mort et blessant trois policiers.

«Le Danemark a été touché aujourd'hui par un acte de violence cynique. Tout porte à croire que la fusillade [...] était un attentat politique et de ce fait un acte terroriste», a affirmé la chef du gouvernement danois, Helle Thorning-Schmidt.

Paris a immédiatement condamné «avec la plus grande fermeté» cette «attaque terroriste» qui a eu lieu vers 10h, heure de l'Est.

La police a d'abord parlé de deux assaillants présumés, ayant pris la fuite à bord d'une Volkswagen Polo. Le véhicule vide a été retrouvé quelques heures plus tard, à proximité du lieu de l'attaque et d'une gare.

Puis quatre heures après l'attaque, les forces de l'ordre ont indiqué que «les premiers témoignages indiquent qu'il n'y avait qu'un auteur» des coups de feu. La police a diffusé une photo, apparemment prise dans un parking, d'un homme vêtu d'une doudoune foncée et d'un bonnet ou d'une cagoule bordeaux, avec un signalement: 25 à 30 ans, environ 1,85 m, athlétique.

Joint par l'AFP, l'ambassadeur de France au Danemark François Zimeray a décrit un assaut brutal.

«Ils nous ont tiré dessus de l'extérieur. C'était la même intention que l'attaque contre Charlie Hebdo, sauf qu'ils n'ont pas réussi à entrer», a-t-il déclaré, alors qu'il se trouvait encore sur les lieux une heure après l'attentat.

L'attaque, le 7 janvier à Paris par deux jihadistes français, contre l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo a fait 12 morts. Les assaillants avaient pénétré dans la salle de rédaction et y avaient ouvert le feu, avant de tuer un policier dans leur fuite.

À Copenhague, «intuitivement je dirais qu'il y a eu au moins 50 coups de feu, et les policiers ici nous disent 200. Des balles sont passées à travers les portes et tout le monde s'est jeté à terre», a raconté l'ambassadeur de France.

«On a réussi à s'enfuir de la pièce, et là on reste à l'intérieur car c'est encore critique. Les assaillants n'ont pas été attrapés, ils peuvent très bien être encore dans le quartier», a expliqué M. Zimeray.

«Un homme non identifié est mort après avoir été touché par des tirs», a indiqué la police dans un communiqué.

Trois policiers ont été blessés en tentant de protéger le centre culturel Krudttoenden, selon des médias danois.

Les télévisions danoises montraient les vitres du centre culturel criblées d'impacts. L'arme ou les armes utilisées ne sont pas connues, mais les médias spéculaient sur la possibilité d'une arme automatique étant donné le nombre de balles tirées lors d'un assaut bref.

Plusieurs dizaines de personnes assistaient au débat, sous protection policière.

Lars Vilks, artiste suédois, a été l'objet de plusieurs menaces et d'agressions depuis la publication à l'été 2007 d'un dessin représentant le prophète Mahomet avec un corps de chien. Il ne se déplace que sous escorte.

Les services de renseignement (PET) ont indiqué que l'attaque était «planifiée». Mais la police a estimé que la question de la ou des personnes spécifiquement visées n'était «pas évidente».

Condamnation internationale

Les services de sécurité suédois ont précisé à l'AFP qu'ils étaient mobilisés au cas où les assaillants présumés traverseraient le détroit séparant Copenhague de Malmö.

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a condamné «avec la plus grande fermeté» cette «attaque terroriste» et le président français François Hollande a exprimé à la Première ministre danoise «toute la solidarité de la France dans cette épreuve».

Son ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a annoncé qu'il allait se rendre «dans les meilleurs délais» à Copenhague.

La police avait établi un large périmètre de sécurité autour des lieux pour y faire les premières constatations.

«C'est une chose qu'on craignait après Charlie Hebdo», a déclaré à l'AFP le secrétaire général de Reporters sans frontières (RSF), Christophe Deloire. «On voit bien que des groupes ultra-radicaux mènent une guerre contre la liberté d'expression, contre la liberté de critique irrévérencieuse des religions et contre la simple liberté d'en débattre».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer