Un avion d'AirAsia avec 162 passagers à bord toujours porté disparu

Un avion de la compagnie AirAsia... (PHOTO ARCHIVES AFP)

Agrandir

Un avion de la compagnie AirAsia

PHOTO ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press

Les recherches pour retrouver un avion du transporteur malaisien AirAsia porté disparu depuis samedi soir avec 162 personnes à bord ont été suspendues dimanche, en raison du mauvais temps et de l'obscurité. Elles reprendront lundi matin.

L'appareil, un Airbus 320, est disparu des écrans radars alors qu'il effectuait un vol entre la ville indonésienne de Surabaya et Singapour.

Selon les autorités indonésiennes, 42 minutes après son décollage, alors qu'il volait au-dessus de la mer de Java, l'avion a demandé à la tour de contrôle de modifier son trajet, en raison du mauvais temps dans le secteur. La communication s'est ensuite rompue.

Aucun signal de détresse n'a été transmis par le pilote indonésien ou par le copilote d'origine française. Les deux hommes étaient expérimentés, selon AirAsia.

L'appareil transportait sept membres d'équipage et 155 passagers, dont 17 enfants. La vaste majorité des passagers étaient des Indonésiens, mais on dénombrait aussi trois Sud-Coréens, un Malaisien et un natif du Royaume-Uni accompagné de sa fille singapourienne.

Dimanche, les recherches aériennes se sont concentrées près de l'île de Belitung, dans la mer de Java.

Quelques heures après la disparition de l'appareil, le vice-président indonésien Jusuf Kalla s'est dit inquiet de la situation.

«Il est plus plausible qu'il y ait eu un accident», a-t-il constaté.

Le siège d'AirAsia est situé en Malaisie, qui a été touchée par deux autres catastrophes aériennes depuis le début de l'année. En mars, un avion de Malaysia Airlines est disparu vraisemblablement dans les eaux de l'océan Indien et n'a toujours pas été retrouvé, tandis qu'un autre appareil du même transporteur a été abattu près de la frontière entre l'Ukraine et la Russie, en juillet. Les deux tragédies ont fait plus de 500 morts.

Le ministre indonésien des Transports, Ignasius Jonan, a indiqué que l'armée prêtait main-forte à l'Agence nationale de recherche et de secours. Des équipes de la Malaisie et de Singapour participent aussi aux recherches.

Environ 200 secouristes sont sur les lieux, selon le porte-parole de l'Agence, le général Tatang Zaenudin. Trois avions, dont un de surveillance, ont aussi été dépêchés sur place, a ajouté le porte-parole de l'armée de l'air, Hadi Tjahjanto.

AirAsia est un transporteur offrant des vols à prix modiques qui a été fondée par l'homme d'affaires malaisien Tony Fernandes. Le transporteur n'a jamais éprouvé de problèmes de sécurité importants par le passé.

«C'est mon pire cauchemar», a écrit M. Fernandes sur son compte Twitter. Il a d'ailleurs affirmé qu'il était en route vers Surabaya.

Des dizaines de proches des passagers disparus, visiblement ébranlés, s'étaient rassemblés dimanche à l'aéroport de Surabaya pour tenter de recueillir les dernières informations.

William Waldock, professeur à l'Université aéronautique de Prescott, en Arizona, estime qu'il ne faut pas comparer la disparition de l'avion de Malaysia Airlines avec celui d'AirAsia.

«Si tout va bien, l'avion pourrait être retrouvé dans les heures qui viennent. Mais maintenant, il faut éviter de se prononcer», a-t-il indiqué.

Selon lui, les possibilités de retrouver l'appareil sont élevées puisque la durée du vol était de moins de deux heures et qu'on a pu identifier sa position avant sa disparition.

Le président américain Barack Obama, qui est en vacances à Hawaï, suit la situation de très près, a indiqué la Maison-Blanche.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer