Deux décès qui ont marqué l'actualité

La mort des militaires Nathan Cirillo et Patrice... (Archives PC)

Agrandir

La mort des militaires Nathan Cirillo et Patrice Vincent a été largement désignée comme l'événement ayant le plus marqué l'actualité canadienne en 2014 par les patrons de presse du pays.

Archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bruce Cheadle
La Presse Canadienne

Les attaques d'Ottawa et de Saint-Jean-sur-Richelieu, qui ont coûté la vie au caporal Nathan Cirillo et à l'adjudant Patrice Vincent et déclenché un débat sur les «terroristes locaux», ont été largement désignées comme l'événement ayant le plus marqué l'actualité canadienne en 2014, selon le sondage annuel des salles de nouvelles du pays mené par La Presse Canadienne.

Près de 70% des directeurs de l'information et des rédacteurs en chef sondés - 59 sur 85 - ont choisi les événements entourant le 22 octobre comme la principale nouvelle de l'année. «Ces attaques ont marqué l'imaginaire de tous les Canadiens», a estimé François Beaudoin, rédacteur en chef de La Voix de l'Est.

Pour Michel Lorrain, directeur général de Cogeco Nouvelles, «ce sont les fondements mêmes de notre système qui ont été attaqués».

«Les deux attentats ont fait réaliser aux Canadiens que leur pays n'était pas à l'abri d'actes terroristes», a affirmé Jean-Pascal Beaupré, rédacteur en chef du journal Métro.

Deux autres événements troublants se sont classés au deuxième rang du sondage des salles de nouvelles: le meurtre de trois agents de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) à Moncton, et le débat sur le harcèlement sexuel provoqué à la fois par les allégations contre l'ex-animateur de CBC Jian Ghomeshi et par la suspension de deux députés libéraux par le chef Justin Trudeau.

Ces deux nouvelles ont obtenu dix votes chacune.

Julie Carl, éditrice adjointe du quotidien Winnipeg Free Press, a choisi l'histoire du harcèlement sexuel pour des raisons évoquées par d'autres ailleurs au pays.

«J'étais déchirée entre cette histoire, la fusillade au parlement et la mort des agents de la GRC, a-t-elle écrit. Mais la conversation sur le harcèlement sexuel et les raisons pour lesquelles les femmes ne le rapportent pas semblent constituer un point tournant dans ce débat. Je crois que nous en parlerons encore pendant très, très longtemps.»

D'autres ont eu du mal à choisir entre deux actes de violence très différents, mais tout aussi dérangeants.

«C'était vraiment un tirage à pile ou face entre le terrorisme à Ottawa et les tirs contre la GRC à Moncton, a indiqué Darryl Mills, du Prince Albert Daily Herald, en Saskatchewan. Ce sont deux événements profondément anti-canadiens, des attaques contre ce que nous sommes.»

La question des «terroristes locaux» risque de prendre encore beaucoup de place dans les médias en 2015. Des djihadistes canadiens autoproclamés continuent de formuler des menaces publiques, tandis que les motivations du tireur du parlement, Michael Zehaf Bibeau, font toujours l'objet d'un débat.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer