Les fermiers doivent redoubler d'imagination

Les partenariats sont essentiels entre les fermes et... (Martin Roy, Le Droit)

Agrandir

Les partenariats sont essentiels entre les fermes et les commerces, comme les restaurants, les casse-croûtes et les épiceries, tant du côté québécois qu'ontarien de la rivière des Outaouais, pour l'achat des produits régionaux, a souligné Jonathan Charron.

Martin Roy, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'agriculture se porte bien en Outaouais, au dire du Syndicat de la relève agricole Laurentides-Outaouais, mais les fermiers et les petites entreprises spécialisées en produits fins doivent redoubler d'imagination pour pallier les coûts élevés du marketing, et s'assurer d'attirer la clientèle.

Jonathan Charron, de la ferme Vianney & Marguerite à Saint-André-Avellin, et administrateur au Syndicat, a indiqué que de plus en plus de nouveaux agriculteurs dans le secteur maraîcher s'installent en Outaouais en raison des coûts moins élevés des terres qu'ailleurs au Québec. 

« Nous avons de jeunes agriculteurs des Laurentides, de la Montérégie ou d'ailleurs dans la province qui viennent s'installer ici en raison du faible coût des terres, de leur disponibilité et de la disponibilité des fermes qui ne sont plus en exploitation, mais qui sont prêtes à reprendre vie. Il y a beaucoup d'options comme ça en Outaouais. C'est l'fun à ce niveau-là pour la relève agricole », a expliqué M. Charron lorsque rencontré dimanche à la 2e édition de la Fête gourmande de l'Outaouais à la ferme Hendricks, à Chelsea.

Geneviève Savard, coordonnatrice de la Fête gourmande, événement organisé par la Table agroalimentaire de l'Outaouais, a précisé qu'en général les citoyens de la région sont de plus en plus intéressés par les denrées des producteurs locaux. Toutefois, un des défis pour ceux-ci est de se faire connaître auprès d'un grand public puisque souvent les moyens financiers ne sont pas là.

« Ça coûte cher, la promotion. C'est pourquoi des événements comme la Fête, ça permet aux producteurs de se faire connaître, a indiqué Mme Savard. Les réseaux sociaux sont aussi un bon outil. C'est beau, bon, pas cher », a-t-elle ajouté.

Un autre défi pour les producteurs est de percer le marché des épiceries.

« La demande est très, très grande en Outaouais, et parfois on a de la misère à y répondre. Par exemple, pour entrer dans une épicerie, ça prend un certain volume. Nous avons de petites entreprises, et des fois c'est difficile pour elles d'augmenter la production pour répondre aux demandes des épiciers. C'est pour ça que des événements comme la Fête gourmande, des circuits courts, sont idéaux pour elles. Le visiteur vient, le contact est direct », a expliqué Mme Savard.

La ferme Brylee à Thurso se spécialise dans la production de boeufs et d'agneaux à l'herbe, sans grain ni hormone ni antibiotique. La ferme vend des produits spécialisés, comme de la confiture au bacon et de la rillette d'agneau. 

La créativité doit être un des atouts des fermiers pour trouver la clientèle, a précisé Lise Villeneuve, de la ferme Brylee, et il faut toujours se ressourcer pour trouver de nouvelles façons de faire le marketing, a-t-elle en outre ajouté. La ferme accueille des mariages et aussi des groupes corporatifs, des activités qui ne faisaient autrefois pas partie de son quotidien. 

« On a des gens qui viennent en réunion et soupent par la suite. On dirait qu'ils sont plus productifs quand ils sont en campagne que dans une salle de conférence. Ça s'en vient de plus en plus populaire », a expliqué Mme Villeneuve.

« L'industrie du boeuf est très difficile au Québec. Il fallait trouver une façon de rejoindre une clientèle qui voulait avoir des produits santé, et qui était prête à payer le prix aussi », a-t-elle continué.

La ferme Brylee songe se rendre au Ottawa Wedding Show pour promouvoir ses produits et services. Ce serait la première fois que l'entreprise courtise le marché des mariages en Ontario.

Mme Villeneuve a tenu à préciser que la ferme Brylee s'approvisionne auprès de producteurs locaux pour les légumes, les fromages et le pain dans ses menus. 90 % du menu de la ferme est local, a-t-elle indiqué.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer