Alcool au volant : l'Outaouais intransigeante

L'Outaouais aime la bière. Elle en est plus... (123rf)

Agrandir

L'Outaouais aime la bière. Elle en est plus friande que dans l'ensemble du Québec, selon le sondage d'Éduc Alcool.

123rf

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'Outaouais est l'une des régions les plus intransigeantes en matière d'alcool au volant, s'illustrant aussi comme l'un des endroits où les habitudes de consommation diffèrent du reste de la province.

Un sondage CROP réalisé pour le compte d'Éduc Alcool révèle que 39% des résidents de la région croient que la limite de « 0,08 » d'alcool dans le sang pour conduire un véhicule n'est pas assez élevée.

À l'échelle nationale, les répondants partagent de cet avis dans une proportion de 30%.

La tendance est aussi fort différente en ce qui a trait aux lieux prisés pour la consommation d'alcool.

En Outaouais, 20% des répondants ont dit préférer consommer dans un bar, contre 32% dans le reste du Québec.

Le sondage fait la distinction avec la consommation en discothèque. Elle est de 2% en Outaouais et de 14% pour l'ensemble de la province.

On peut lire dans le même sondage que les gens de l'Outaouais aiment davantage consommer dans les restaurants (66%, contre 69% dans l'ensemble du Québec), mais moins chez des amis (70% Outaouais, 80% dans l'ensemble du Québec).

Le terme « intransigeant » devient un euphémisme lorsqu'on s'attarde à une ligne du sondage qui révèle que 31% des gens de l'Outaouais croient que conduire après avoir pris seulement un verre est criminel.

Dans l'ensemble du Québec, la cote diminue à 20%.

Par ailleurs, les buveurs de l'Outaouais respectent davantage les limites de consommation recommandées, soit 3 pour les femmes et 4 pour les hommes (55% en Outaouais, 48% au Québec)

Alors que 30% du Québec estime que la limite actuelle de « 0,08 » derrière le volant n'est pas assez sévère, une plus forte proportion, soit 39% des résidents de l'Outaouais, est du même avis.

Prendre « une cuite » semble aussi moins populaire à Gatineau et ses environs que dans les autres régions de la Belle province.

Ainsi, les répondants de la région sont sous la moyenne québécoise des gens ayant pris « cinq verres ou plus en une occasion » dans la dernière année. 35% des gens sondés en Outaouais ont répondu par l'affirmative, alors que le résultat global est de 44%.

On aime la bière

L'Outaouais aime la bière. Elle en est plus friande que dans l'ensemble du Québec, selon le sondage d'Éduc Alcool.

Ainsi, ce sont 28% des répondants de l'Outaouais qui ont dit en avoir consommé « une fois par semaine ou plus » dans les 12 derniers mois. La moyenne québécoise est de 23%. L'arrivée de microbrasseries dans la région s'inscrit dans une tendance forte, observable au Québec et ailleurs en Ontario. Les tenanciers et restaurateurs ont diversifié leur offre de houblon, ces dernières années.

Dans les 12 derniers mois en Outaouais

  • 77% ont consommé de l'alcool (83% au Québec)
  • Fréquence moyenne de consommation d'alcool de 1,4 fois par semaine (contre 1,7 en 2015). Dans la moyenne québécoise.
  • 65% des répondants disent ne jamais avoir consommé de manière excessive, soit 5 verres ou plus (56% au Québec)
  • 46% des conducteurs ont conduit un véhicule après avoir consommé, mais sans dépasser la limite permise (49% au Québec)
  • 6% avouent avoir conduit en dépassant la limite permise d'alcool dans le sang (7% au Québec).
  • 24% ont aperçu un barrage routier (29% au Québec)

Les résultats du sondage reposent sur 2 700 entrevues téléphoniques effectuées du 20 février au 20 mars 2017. Le questionnaire comprenait une trentaine d'informations et la durée moyenne des entrevues était d'environ huit minutes.

Marge d'erreur

Un échantillon de cette taille (2 700) est précis à 1,9 point près, 19 fois sur 20. La marge d'erreur augmente lorsque les résultats portent sur des sous-groupes de l'échantillon. La marge d'erreur maximale pour les résultats par région est de 8 points de pourcentage.

Une ombre au tableau

« La relation avec l'alcool est très saine en Outaouais », mais il y a une ombre au tableau de la région, selon le directeur général d'Éduc Alcool, Hubert Sacy.

Un sondage de l'organisme publié ce jeudi indique que les résidents de la région sont parmi les plus responsables avec l'alcool, à l'échelle provinciale.

« Il y a eu des progrès depuis deux ans, lorsque nous avons fait notre premier sondage, dit M. Sacy. Il y a une évolution. Nous sommes passés, en Outaouais, de 30% à 40% de gens qui croient que les lois en matière d'alcool au volant ne sont pas assez sévères. »

Le directeur d'Éduc Alcool s'explique mal ces changements, mais les voit tout de même d'un bon oeil. « La relation avec l'alcool est très saine en Outaouais. »

Mais, il y a un « mais ». Alors que les services policiers disent multiplier les barrages routiers et leurs opérations de visibilité pour lutter contre l'alcool au volant, M. Sacy relève une donnée issue du sondage qui met une ombre au bon bulletin de la région.

« Ce n'est pas normal que plus de la moitié des gens n'aient jamais vu un barrage, ces 12 derniers mois, en Outaouais comme ailleurs au Québec. Seulement 24% des gens de l'Outaouais ont traversé un barrage routier en rapport avec l'alcool au volant pendant la dernière année. C'est dans la moyenne québécoise, qui est de 27%. »

La diminution des décès liés à l'alcool, depuis 30 ans, est attribuable au comportement plus responsable des conducteurs, mais aussi à la meilleure qualité des voitures, selon M. Sacy.

Établissements

Le directeur de l'organisme s'anime lorsqu'il parle des établissements servant de l'alcool. Selon lui, les serveurs devraient suivre une formation rendue obligatoire par Québec, qui traîne, selon lui.

« Le tiers des accidents causés par l'alcool vient des gens qui ont consommé dans un restaurant. Nous avons créé, il y a 12 ans, un cours "Action-Service" pour les serveurs. Nous leur avons montré à "espacer" les consommations servies au client moins sobre, à gérer son comportement, de faire en sorte que moins de clients se retrouve en état d'ébriété en sortant. Mais le gouvernement québécois ne veut pas le rendre obligatoire dans les formations en restauration ou en service au bar. Nous supplions Québec depuis tout ce temps. C'est désespérant. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer