Dans l'ombre de La Machine

Les représentations de La Machine ont éclipsé les... (Simon Séguin-Bertrand, Le Droit)

Agrandir

Les représentations de La Machine ont éclipsé les quelque 200 événements organisés pour célébrer le 150e anniversaire de la Confédération, selon Guy Laflamme.

Simon Séguin-Bertrand, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le directeur général d'Ottawa 2017, Guy Laflamme, estime que les prestations de La Machine représentent le plus grand succès des festivités du 150e et de toute sa carrière, lui qui a été à la barre des fêtes du Canada durant une dizaine d'années à Ottawa.

En fait, La Machine a même réussi à drainer une foule supérieure à celle réunie lors de la visite royale de William et Kate, il y a quelques années, à Ottawa, selon M. Laflamme. Ce dernier estime que les performances de La Machine ont surpassé les quelque 200 événements entourant les fêtes du 150e à Ottawa. L'ensemble des spectacles de la troupe de Nantes aura probablement attiré plus de 700 000 personnes en quatre jours à Ottawa.

M. Laflamme affirme aussi avoir confondu les sceptiques qui doutaient de lui et qui hésitaient à dépenser des millions de dollars pour faire activer des créatures géantes robotiques dans les rues de la capitale ; de fait, toute l'aventure aura coûté à Ottawa 2017 quelque 3,5 millions $. Il faut dire que la troupe française de La Machine compte à elle seule 75 membres présents sur place à Ottawa et que l'organisation de ce seul événement représente, selon M.Laflamme, un « véritable Everest », sur les plans logistique, légal et technique. À ceux qui pourraient mettre en doute la pertinence d'un tel événement, M. Laflamme rétorque que La Machine se voulait un clin d'oeil à l'une des deux patries fondatrices du Canada, la France, alors que la visite du prince Charles soulignait l'importance de la Grande-Bretagne dans l'histoire canadienne. Il affirme également qu'Ottawa 2017 se devait d'offrir des événements plus grands que nature qui assureraient une visibilité planétaire à Ottawa et une image renouvelée de la capitale fédérale. De fait, selon cette ligne de pensée, le spectacle souterrain Kontinuum est une première mondiale et La Machine, une première nord-américaine.

M.Laflamme estime que les retombées économiques des spectacles de La Machine ont été majeures pour la capitale et ses nombreux marchands et parle de commerçants ayant quadruplé leurs revenus durant ces quelques journées.

Un autre son de cloche

Les commerçants, artisans et cultivateurs rencontrés par Le Droit au marché By durant les journées vouées à La Machine ne sont pas très impressionnés par les festivités à sens unique entourant les fêtes du 150e de la Confédération canadienne. 

Si les restaurateurs et hôteliers ont fait des affaires d'or et ce, sans l'ombre d'un doute, la designer de vêtements Lynne Kiel, qui fait partie d'un collectif d'artisans actifs au marché By, estime que la manne ne passe que pour les restaurateurs, pas pour les artistes et artisans du coin.

Ginette Bellehumeur, créatrice des bijoux Accroc ! Hooked ! dénonce le déménagement et le déplacement des artisans, de la rue George à une rue latérale moins passante, pour l'aménagement d'une place publique vidée de ses artisans. Côté ventes, les foules compactes autour des créatures de La Machine ne se sont pas transformées en acheteurs intéressants.

Le revendeur de fruits et légumes, André Cléroux, de la région d'Hammond, fulmine. À 4000 $ par mois de location d'espaces au marché By, cet ancien cultivateur s'attendait à plus, des événements grandioses organisés dans la capitale. L'exposition au centre du marché By et ses kiosques touristiques vantant le Canada n'ont fait qu'enlever des espaces de stationnement pour les clients, sans créer d'achalandage chez lui.

Mais dans les établissements de restauration, on triomphait, le week-end dernier : le boulanger et pâtissier Claude Bonnet du Moulin de Provence était fébrile : « Il y a une satisfaction évidente chez tous mes collègues du marché depuis jeudi (...) Chez nous, on ne voit pas le plancher, c'est noir de monde ! »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer