La voie est libre pour Chelsea

La Ville de Chelsea compte faire du tronçon... (123rf)

Agrandir

La Ville de Chelsea compte faire du tronçon ferroviaire un sentier pour les sports de randonnée, hiver comme été.

123rf

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'aménagement d'un sentier communautaire, le long d'une voie ferrée désaffectée à Chelsea, a franchi un pas de plus vendredi.

Le projet récréotouristique de la municipalité de Chelsea fait face, depuis un certain temps, à une contestation devant les tribunaux. Un citoyen de cette petite communauté de l'Outaouais avait d'ailleurs obtenu une injection devant les tribunaux parce qu'il craignait des impacts négatifs environnementaux liés au projet.

La Ville compte faire de ce tronçon ferroviaire un sentier pour les sports de randonnée, hiver comme été.

La juge Carole Therrien de la Cour supérieure du Québec avait d'abord permis la poursuite des travaux d'enlèvement des rails et traverses du chemin de fer, mais sommait la municipalité de ne pas procéder au nivelage du sol jusqu'à nouvel ordre. Cette portion des travaux inquiète les opposants au projet qui craignent une contamination des sols à cause de ces interventions physiques. 

Mais ce dernier obstacle a été levé vendredi alors que la juge Suzanne Tessier de la Cour supérieure du Québec a permis le nivelage du sol jusqu'à dix centimètres. 

Des études déposées sous peu

Par ailleurs, les résultats des études environnementales et géotechniques seront déposés devant le conseil municipal en septembre.

Quant à l'étude sur l'impact social des travaux, celle-ci sera déposée devant le conseil, dès le 8 août.

Contre toute attente, ce projet de reconversion de la voie ferrée abandonnée de Chelsea en sentier d'hébertisme divise la population et a donné lieu à des confrontations verbales entre citoyens, début juillet, lors d'une rencontre consultative publique.  

Les uns craignent la dégradation de l'environnement, dénoncent la manque de transparence de la municipalité dans le dossier et pointent du doigt les trois millions de $ qui y seront investis. 

Les défenseurs du projet font valoir son potentiel récréotouristique, l'aspect qualité de vie relié à tout ça et voient ce projet comme une alternative verte à l'automobile.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer