Un événement bien en selle

L'essence même de ce festival est évidemment la... (Martin Roy, Le Droit)

Agrandir

L'essence même de ce festival est évidemment la musique country et les spectacles équestres.

Martin Roy, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est ce temps de l'année où le paisible village de Saint-André-Avellin, qui abrite normalement près de 3 800 résidents, reçoit soudainement la visite de plus de 100 000 personnes en dix jours!

Certaines années, on a déjà vu des gens du Brésil et de France débarquer dans ce hameau agricole de la Petite-Nation pour assister à ce festival désormais bien établi. De fait, après 17 années d'existence, l'organisation est bien rodée et la programmation assez prestigieuse. Cette année, le festival a débuté vendredi midi (21 juillet) et s'étendra ainsi jusqu'au 30 juillet.

Pour cette édition 2017, une soixantaine de spectacles y sont présentés avec des têtes d'affiche vraiment pas piquées des vers, qui sortent parfois de la planète country pour aller du côté du jazz, du blues, du folk, de la pop et du rock. Ainsi les France D'Amour, Zachary Richard, Patrick Norman, Annie Villeneuve, Marc Dupré, Marc Déry et autre Sylvain Cossette seront de la partie, entre autres «performers».

À surveiller...

Mais l'essence même de ce festival est évidemment la musique country et les spectacles équestres. Dans ce dernier cas, il ne faut surtout pas oublier que les compétitions de rodéo de Saint-André-Avellin sont désormais inscrites comme qualifications dans le cadre de la Coupe Canada.

L'autre événement équestre à surveiller cette année est certainement le spectacle Chevaleresque du parc équestre Cavaland dans les Laurentides. Au programme: voltigeurs cosaques, chevaux savants, danseurs, acrobates, écuyers et cavalerie. La troupe y est tous les soirs à 20h30 jusqu'au 28 juillet.

Vendredi soir, la première activité équestre du festival impliquait de la «tire de chevaux»; dix-huit duos de robustes chevaux de trait tiraient des blocs dont le poids augmente au fil de la soirée; certaines années, on a déjà vu des charges atteignant 20 000 livres. 

Autre moment fort du festival, le Open Country est un opulent souper-spectacle (jeudi 27 juillet) qui attire jusqu'à 400 convives à table et encore plus de spectateurs pour la prestation chantée.

Le gymkhana, de son côté, est une discipline qui interpelle l'agilité et la rapidité du cheval. Plusieurs sessions de gymkhana de différents calibres seront présentés au fil des jours.

L'effort d'une communauté

Sylvain Maheux est à la tête de cette... (Martin Roy, Le Droit) - image 2.0

Agrandir

Sylvain Maheux est à la tête de cette organisation.

Martin Roy, Le Droit

Mais outre la généreuse programmation d'assez haut niveau, rappelons que la communauté elle-même y est pour quelque chose dans le succès de cet événement: près de 300 bénévoles sont à pied d'oeuvre pendant toute la durée des festivités et une cinquantaine de kiosques et boutiques y créent un genre de petit village éphémère.

Sylvain Maheux est à la tête de cette organisation; Sylvain est un vrai gars de Saint-André-Avellin et y a passé toute sa vie; technicien chez Bell, il est entré au festival en 2004. «Avec le spectacle Chevaleresque, cette année, on pourrait aller chercher un nouveau public (...) Ça nous prendrait maintenant 400 bénévoles, vu l'importance de l'événement.» À voir la foule de vendredi, on le croit sur parole...

Pour y aller

Quand ? Jusqu'au 30 juillet 2017

Où ? Saint-André-Avellin

Renseignements : www.fwstaa.ca




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer