Michel Légère refuse d'abandonner le rêve

Michel Légère doit encore attendre un mois avant... (Simon Séguin-Bertrand, Le Droit)

Agrandir

Michel Légère doit encore attendre un mois avant de remonter sur son vélo.

Simon Séguin-Bertrand, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Quelques jours après avoir été victime d'une crise cardiaque, l'ancien maire de Hull, Michel Légère, a repris sa longue bataille pour la Route verte en réclamant des autorités politiques que la portion entre Gatineau et Grand-Remous soit reconnue comme faisant partie du réseau national de la Vélo-route du Québec.

C'est jeudi dernier, alors qu'il discutait avec son bon ami Gilbert Langelier que M. Légère a subi une crise cardiaque.

« J'avais quatre artères bloquées, dont une à 100 %. C'est génétique parce que mon père est mort à 39 ans d'une thrombose », a expliqué l'ancien maire, qui a aussi été ombudsman de la ville de Gatineau. 

À la suite d'une intervention chirurgicale, M. Légère est déjà de retour à la maison. Il devra attendre un mois avant de refaire du vélo ou de conduire une automobile. 

Alors qu'il était maire, M. Légère avait déjà subi un accident vasculaire cérébral. Sauvé in extremis, il avait par la suite pu reprendre ses activités normalement avant de prendre sa retraite après dix ans en fonction comme maire.

Récemment, l'inauguration du tronçon asphalté entre Messines et Gracefield, un projet qu'il trouve très intéressant pour la région, lui a rappelé qu'il avait fait une intervention en 2009 auprès de l'ancien ministre Norm MacMillan pour que le tronçon entre Gatineau et Grand-Remous soit désigné comme partie du réseau national de la Route verte. 

Le réseau cyclable québécois compte 5 300 kilomètres, et ce tronçon n'est toujours pas reconnu à sa juste valeur, puisqu'il est davantage une bretelle du tronçon national québécois.

« Moi, j'ai toujours revendiqué auprès de Vélo Québec et des autorités politiques que ce tronçon devrait faire partie du triangle d'or cycliste québécois, entre Montréal-Gatineau-Grand-Remous. Mais ma demande n'a jamais abouti. Avec l'ajout de ce tronçon asphalté, il serait temps de compléter le tronçon au sud et au nord pour boucler la boucle », a souligné M. Légère.

Discussions en cours

Des discussions sont présentement en cours entre les MRC de la Vallée-de-la-Gatineau et des Collines pour la portion sud. 

Le député fédéral du Pontiac, William Amos, a indiqué la semaine dernière qu'il voulait participer avec tous les intervenants, incluant le gouvernement québécois, pour compléter cette piste cyclable au nord et au sud de la vallée de la Gatineau.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer