Rendez-vous manqué au Musée de l'histoire

Le salon artisanat au Musée canadien de l'histoire... (Martin Roy, Le Droit)

Agrandir

Le salon artisanat au Musée canadien de l'histoire à Gatineau

Martin Roy, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

L'édition estivale du marché public de la Grande Galerie du Musée canadien de l'histoire n'a pas connu le succès de son alter ego de la période des fêtes, le marché de Noël.

De jeudi à dimanche, les quelque 70 exposants présents ont souvent attendu, les bras croisés, des clients qui se sont présentés en nombre plus limité.

Des commerçants déçus ont dénoncé le fait qu'à l'ouverture, jeudi dernier, les consommateurs devaient débourser le prix d'entrée du musée pour avoir accès à l'aire d'exposition, contrairemement au marché de Noël qui est gratuit, en décembre. La direction du musée a donc consenti à abolir le prix d'entrée, dès vendredi matin, pour ne pas faire fuir la clientèle.

Les fêtes du 150e de la Confédération n'ont pas su générer l'affluence de consommateurs que l'on espérait au marché d'été, même si les visiteurs sont venus en assez grand nombre au musée. 

L'hiver, au marché de Noël, des exposants disent empocher des ventes de quelques milliers de dollars. Vendredi soir, certains n'avaient pratiquement pas réalisé de vente, à la mi-temps de l'événement, ce qu'il ne leur permettra pas de couvrir les frais de location de leur kiosque d'exposition.

Les exposants rencontrés n'osaient guère manifester leur déception en public, ne voulant pas hypothéquer leur participation au marché de Noël, celui-là beaucoup plus lucratif.  

La directrice au marketing et affaires commerciales du musée, Michèle Canto, reconnaît que le marché estival a été moins populaire que son frère siamois d'hiver, mais ajoute qu'il s'agissait là d'une première et qu'un bilan de l'expérience sera fait après coup. Alors que l'hiver, le marketing du musée cible directement le marché de Noël, toute la publicité durant les fêtes du 150e, cet été, s'orchestrait plutôt autour du musée comme tel.

Cet été, près de 150 autobus affichent des publicités vantant les riches expositions du musée, mais sans nécessairement cibler le marché des artisans. L'hiver, à peine six ou sept autobus font la promotion du marché de Noël, pourtant infiniment plus populaire, mais la tradition est établie et les consommateurs viennent pour acheter.  

Près de 14 000 personnes ont franchi les portes du musée, jeudi et vendredi derniers, comparativement à 10 000 à pareille date, l'an dernier, explique Mme Canto, mais l'urgence d'acheter n'est pas la même en juillet qu'en décembre.

Jacques-Normand Sauvé, Le Droit




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer