Un président de la CCN « passionné » de la région

« Je suis né d'une famille francophone et anglophone... (Martin Roy, Le Droit)

Agrandir

« Je suis né d'une famille francophone et anglophone qui s'est toujours impliquée dans la région, à Ottawa et Gatineau», a indiqué le nouveau président de la CCN, Marc Seaman.

Martin Roy, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Le nouveau président de la Commission de la capitale nationale (CCN), Marc Seaman, se décrit comme un « passionné » de la région d'Ottawa-Gatineau. Et il compte bien, au cours de son mandat, contribuer à sa manière à créer « l'une des meilleures capitales » du monde.

M. Seaman a débuté sa carrière en marketing chez les Sénateurs d'Ottawa et les Rough Riders d'Ottawa au début des années 1990. Il compte sur son expérience dans divers conseils d'administration incluant, au Centre Shaw, et son implication au conseil des gouverneurs à l'Hôpital d'Ottawa et à l'Université d'Ottawa, pour faire avancer la CCN. Il reste aussi vice-président du secteur éducation chez Microsoft Canada.

« Je suis né d'une famille francophone et anglophone qui s'est toujours impliquée dans la région, à Ottawa et Gatineau. J'espère tisser des parallèles à la CCN, continuer sur la transparence et les communications », a expliqué cet ancien des écoles Lamoureux, Charlebois et de Samuel-Genest.

« Nous avons une très belle région, avec les rivières, le canal Rideau, le parc de la Gatineau, les plaines LeBreton. Nous devons être fiers comme citoyens de ce que nous avons accompli ici. C'est un gros mandat, mais c'est excitant car il y a beaucoup de gros enjeux. Je suis donc très excité de participer à cette évolution », a déclaré M. Seaman en entrevue au Droit, cinq jours après sa nomination.

Son véritable baptême de feu aura lieu lors du prochain conseil d'administration de la CCN, prévu le 29 juin. 

« La région de la capitale nationale, c'est Ottawa et Gatineau. Je ne vois pas cela comme deux régions, mais une région connectée. Le parc de la Gatineau est utilisé par tout le monde, c'est aussi le cas du canal Rideau, ou les plaines LeBreton, ça touche les résidants des deux bords de la rivière. C'est une région, et la CCN gère pour la fierté de tous, les anglophones, francophones et Autochtones. »

À ses yeux, le développement des plaines LeBreton « est une priorité » qui doit avancer en poursuivant les bons objectifs. « Ce n'est pas juste un aréna, dit-il. Il y aura du transport en commun, des éléments culturels et résidentiels. C'est un projet transformateur. »

Sur le plan de la gouvernance, M. Seaman souligne qu'il faut trouver un équilibre pour régler les enjeux nationaux et régionaux. 

« Le mandat de la CCN, c'est une organisation nationale où les Canadiens on un rôle à jouer. C'est important d'avoir une représentation de chacune des régions sur ce que nous faisons. Pour les gens locaux, il faut une représentation régionale et nous avons maintenant les deux maires. C'est important d'avoir un équilibre. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer