L'Outaouais a sa route touristique

La rivière des Outaouais est évidemment au centre... (Patrick Woodbury, Archives Le Droit)

Agrandir

La rivière des Outaouais est évidemment au centre de ce circuit touristique.

Patrick Woodbury, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'Outaouais fait un autre pas en avant dans l'affirmation de son identité propre. Comme plusieurs autres l'ont fait avant elle, la région vient de se doter de sa toute première route touristique longue de 278 kilomètres. Il s'agit de la 18e au Québec.

Alors que d'autres régions se sont unies autour de la nourriture, du terroir, du vin ou encore des baleines, l'Outaouais a choisi l'eau et toutes les richesses patrimoniales, culturelles et naturelles qui y sont rattachées. Les Chemins d'eau se déploient autour de la rivière des Outaouais et de ses principaux affluents, les rivières Gatineau, la Lièvre et la Petite-Nation. Ces routes maritimes qui ont joué un rôle déterminant dans le développement de la région, mais aussi de toute l'Amérique du Nord, seront maintenant mises à profit pour nous raconter et participer au développement touristique. 

Tourisme Outaouais et ses partenaires dans le projet travaillent sur les Chemins d'eau depuis 2011. Les discussions ont été longues et parfois ardues. Le trajet emprunté par la route devait être entériné par le ministère du Tourisme. Il doit aussi respecter des critères bien précis pour être homologué. C'est d'ailleurs en raison de ces critères que les Chemins d'eau ne se rendent pas jusque dans la Vallée-de-la-Gatineau. Le territoire était trop loin et les attraits trop espacés. 

Une centaine de partenaires des trois autres MRC et de la Ville de Gatineau participent à ce projet d'environ 600 000 $, financé en grande majorité par des fonds publics. Les traditionnels panneaux bleus longeant les routes touristiques du Québec sont en cours d'installation. 

Plusieurs ont salué le caractère « rassembleur » et « unificateur » de cette première route touristique officielle en Outaouais, lundi, au Musée de l'Auberge Symmes. « Ça permet d'asseoir le récit de l'Outaouais, c'est quelque chose qui nous a manqué longtemps et qui permet de construire l'unité de la région », a lancé le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin. 

La présidente de Tourisme Outaouais, Manuela Teixeira, affirme que les Chemins d'eau auront un impact économique et touristique dans toute la région. Ils pourraient permettre à eux seuls de faire passer la moyenne de nombre de nuitées par visiteurs de 3,4 à 5,6 en quelques années. Une étude de la Chaire de tourisme Transat de l'Université du Québec à Montréal avance que le tiers des visiteurs dans les régions du Québec se déplacent d'abord et avant tout pour la route touristique. Les visiteurs d'une route dépensent plus de 1000 $ durant leur séjour.

Hébergement et vélo

Mme Teixeira souhaite que cette route permette aux MRC de développer leur offre hôtelière. « L'hébergement est plus difficile dans les MRC, dit-elle. Cette route pourrait donner un second souffle. »

Des efforts pourraient encore être faits pour que les Chemins d'eau soient pleinement accueillants pour les cyclistes. « Il va falloir y penser sérieusement parce que le cyclotourisme se développe comme ça ne se peut pas, précise la présidente de TO. On ne l'a pas assez prévu. Nous sommes bien équipés, mais nous avons maintenant une raison de plus de nous forcer. 

La ministre responsable de l'Outaouais, Stéphanie Vallée, a admis que l'absence de la Vallée-de-la-Gatineau de la route lui fait un pincement au coeur. "On trouvera une façon de l'inclure éventuellement", a-t-elle affirmé. Une possibilité à laquelle Tourisme Outaouais souscrit pleinement.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer