Autonomie des villes: les municipalités veulent une adoption d'ici l'été

«Les délais seront très serrés, mais le message... (Étienne Ranger, Archives Le Droit)

Agrandir

«Les délais seront très serrés, mais le message que nous envoyons au gouvernement et à l'opposition c'est que ce projet de loi a été bien travaillé et qu'il est bon pour les villes» a lancé Maxime Pedneaud-Jobin

Étienne Ranger, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le monde municipal s'attend à ce que Québec passe de la parole aux actes d'ici la fin de la session parlementaire qui approche à grands pas et adopte le projet de loi 122 sur l'autonomie des villes.

L'Union des municipalités du Québec (UMQ) a réitéré l'importance, à la veille de la reprise des travaux parlementaires lundi, de l'adoption de cette importante pièce législative qui reconnait les municipalités comme des gouvernements de proximité. 

« Les délais seront très serrés, mais le message que nous envoyons au gouvernement et à l'opposition c'est que ce projet de loi a été bien travaillé et qu'il est bon pour les villes, a lancé le maire de Gatineau et président du caucus des grandes villes, Maxime Pedneaud-Jobin. Il y a des élections municipales cet automne. Il serait intéressant qu'elles se fassent sous le nouveau régime. Ça permettrait d'enrichir les débats et permettrait aux candidats de prendre des engagements en fonction du nouveau cadre légal. »

L'étude menant à l'adoption du projet de loi 122 représenterait environ 70 heures de travaux parlementaires. « L'opposition dit qu'elle ne veut pas ralentir les travaux, mais en même temps elle affirme vouloir le regarder article par article. C'est ce qu'il faut, mais on a des inquiétudes, on a peur qu'il manque de temps. C'est un projet de loi important pour les villes. »

Le président de l'UMQ et maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny, a rappelé que des provinces comme l'Ontario, l'Alberta et la Colombie-Britannique reconnaissent depuis déjà longtemps les municipalités comme des gouvernements locaux. « Au nom de l'autonomie et de la démocratie municipales, nous demandons aux parlementaires de ne pas remettre cette réforme à plus tard, a-t-il lancé. Cela fait déjà trop longtemps que le monde municipal attend. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer