L'Autre 150e, un fragment de l'histoire de Hull

Raymond Ouimet, Paulette Beaudry et Roger Blanchette ont... (Martin Roy, Le Droit)

Agrandir

Raymond Ouimet, Paulette Beaudry et Roger Blanchette ont rappelé les faits entourant l'expropriation de 1969 sur l'Île de Hull.

Martin Roy, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il y a 48 ans, « 6 000 personnes ont été chassées de leur logis » afin d'y construire un vaste complexe d'édifices fédéraux, se souvient le chercheur en histoire et auteur, Raymond Ouimet, lors d'une conférence de presse pour L'Autre 150e.

À l'occasion du 150e anniversaire de la Confédération, le Parti québécois s'est donné comme mission de raconter « l'autre » histoire du Canada, en présentant 150 faits et événements ayant touché le Québec après 1867.

L'historien Roger Blanchette, le chercheur Raymond Ouimet et une citoyenne ayant vécu cette expropriation, Paulette Beaudry, ont tenu à commémorer cet événement de 1969. « Le gouvernement fédéral cherchait désespérément à accroître sa visibilité auprès des Québécois », indique l'historien Roger Blanchette.

Impact dans le quartier

À l'époque, Pierre Elliot Trudeau voulait construire des édifices gouvernementaux sur le côté québécois de la rivière, sur l'île de Hull. Mais pour ce faire, il fallait démolir 1 600 logements.

Ce programme de « rénovation urbaine » a eu un grand impact sur les résidents du secteur. Et la vie de quartier est encore bouleversée par cette décision.

« Quand je me promène, les écoles où je suis allée sont disparues. Les endroits où j'ai travaillé sont disparus», indique la citoyenne de Hull, Mme Beaudry. 

«C'est une partie de notre histoire qui est disparue, et c'est malheureux. Ce sont nos racines. »

« Le Vieux-Hull était un milieu de vie pour des milliers d'ouvriers, avec ses petits commerces, ses tavernes et ses terrains de jeu », ajoute M. Blanchette.

Et parler de cette dure période ravive de bien mauvais souvenirs chez Mme Beaudry.

« Je me rappelle le désarroi de ma famille, de mes voisins, qui ne comprenaient pas pourquoi le gouvernement s'en prenait à leur chez-eux », se rappelle-t-elle.

Selon les trois conférenciers, il est important de prendre le temps de commémorer ce genre d'événement, surtout dans le cadre du 150e.

« C'est un moment qui a fait de la ville ce qu'elle est aujourd'hui. Et savoir ça, ça nous aide vraiment à mieux comprendre Hull », explique M. Blanchette.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer