Crue des eaux à Maniwaki: un CHSLD évacué

En milieu d'après-midi, les 66 résidents avaient quitté le ... (Justine Mercier, Le Droit)

Agrandir

En milieu d'après-midi, les 66 résidents avaient quitté le  Foyer Père-Guinard de Maniwaki.

Justine Mercier, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Maniwaki - En chaise roulante, en déambulateur ou sur leurs deux pieds, les 66 résidents du Foyer Père-Guinard de Maniwaki ont dû évacuer leur centre d'hébergement, lundi, sans trop savoir à quel moment exactement ils pourront y retourner.

La crue des eaux n'a pas trop laissé le choix au Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO). Le réservoir Baskatong étant passablement rempli, il a fallu ouvrir les vannes du barrage Mercier, au nord de Maniwaki.

« On n'avait pas atteint la pleine capacité, mais avec ce qui est annoncé pour les sept prochains jours, on essaie de trouver un équilibre de gestion, a expliqué la porte-parole d'Hydro-Québec, Isabelle Nuckle. [...] Normalement, le débit moyen à la centrale Mercier est de 250 mètres cubes par seconde, et là, [lundi] on le faisait passer à 700 mètres cubes par seconde pour assurer la sécurité de nos installations.»

La rivière Désert, qui borde la rue des Oblats, était déjà sortie de son lit par endroits, non loin du Foyer Père-Guinard. Il était donc clair que l'ouverture du barrage n'allait pas aider.

Les proches des résidents du Foyer Père-Guinard ont été avertis dimanche que l'évacuation se ferait le lendemain. En avant-midi, lundi, les véhicules de transport adapté défilaient devant l'immeuble. Le personnel accompagnait chaque patient, en rassurant ceux qui semblaient déstabilisés par la situation.

«On a eu la chance de travailler dans une évacuation préventive, donc on n'était pas dans l'urgence, souligne la directrice du soutien à l'autonomie des personnes âgées du CISSSO, Judith Daoust. Le rythme était soutenu, mais quand même respectueux des usagers. [...] La relocalisation a été faite en fonction du besoin de chaque personne et du plan d'intervention.»

En milieu d'après-midi, les 66 résidents avaient été transférés. Vingt-trois ont pris le chemin de l'hôpital de Maniwaki, dix sont partis au CHSLD de Gracefield, 14 ont été dirigés vers deux résidences de Messines, neuf ont été accueillis au centre communautaire de Gracefield, sept sont hébergés chez des proches, et trois autres ont été pris en charge par une résidence de type familial.

Dans la plupart des cas, les évacués se retrouvent dans une salle commune. «Les espaces sont séparés par des paravents», a précisé Mme Daoust.

Sans savoir exactement à quel moment la réintégration du Foyer Père-Guinard pourra se faire, le CISSSO évoque «un horizon d'une semaine».

Malgré les précautions prises par le personnel pour tenter de chambouler le moins possible les habitudes des résidents, des proches rencontrés sur place ont dit craindre les conséquences de l'évacuation. 

«Mon père, ça fait un an qu'il est ici et qu'on le stabilise. Ils font une job merveilleuse, a dit Isabelle Beaudoin, dont le père souffre d'Alzheimer. Là, il est tout déboussolé par tout ce qui se passe. [...] Il va être perturbé pour combien de temps? Un mois? Je l'ai amené en bas une fois pour lui changer les idées, pour qu'il se pense au restaurant, je n'ai pas pu le ressortir. Ils ont eu de la misère pendant trois semaines avec lui. Là, il est agressif parce qu'il ne sait pas ce qu'il se passe.»

Thérèse Saumure s'inquiétait également de l'état de sa soeur de 97 ans, qui réside au Foyer Père-Guinard depuis une dizaine d'années. «J'ai peur qu'elle soit agressive», a-t-elle mentionné.

Écoles évacuées

Par ailleurs, deux écoles de Maniwaki ont été évacuées «par mesure préventive», lundi, en raison de la hausse prévue du niveau de l'eau des rivières Désert et Gatineau. 

La Commission scolaire des Hauts-Bois-de-l'Outaouais (CSHBO) a envoyé des autobus à l'école primaire Woodland et à la Cité étudiante de la Haute-Gatineau, en avant-midi, afin que les élèves puissent retourner chez eux avant que le niveau de l'eau n'atteigne un sommet. En après-midi, la CSHBO a annoncé que les cours seraient suspendus mardi pour les élèves du secondaire de la Cité étudiante, de même que pour ceux du Centre de formation professionnelle Vallée-de-la-Gatineau.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer