Montebello se mobilise pour sauver son église

Le lieu de culte a déjà fait l'objet... (Benoit Sabourin, Le Droit)

Agrandir

Le lieu de culte a déjà fait l'objet de rénovations partielles ces dernières années afin de sécuriser temporairement la structure de l'église.

Benoit Sabourin, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une mobilisation s'organise à Montebello afin de sauver l'église Notre-Dame-de-Bonsecours dont la structure défaillante nécessitera d'importantes réparations de l'ordre de plusieurs centaines de milliers de dollars ces prochaines années.

Le lieu de culte, oeuvre conçue par Napoléon Bourassa en 1895, a déjà fait l'objet de rénovations partielles ces dernières années afin de sécuriser temporairement la structure de l'église. Des colonnes d'urgence ont notamment été aménagées au coût de 200 000 $. 

Le marguillier et chargé de projet pour la paroisse, Pierre Ippersiel, soutient toutefois qu'un chantier majeur doit être mis sur pied à court terme afin d'assurer la pérennité du bâtiment. 

Le montage financier du projet est estimé à environ un million de dollars. Une campagne de financement sera lancée le 3 mai, à 17 h, au Fairmont Château Montebello, dans le but de récolter les sommes nécessaires au chantier. Henri Bourassa, arrière-petit-fils de Napoléon Bourassa et arrière-arrière-petit-fils de Louis-Joseph Papineau, sera l'invité d'honneur de l'événement. 

Puisque l'ensemble des travaux est admissible aux programmes d'aide du Conseil du patrimoine religieux qui peut subventionner jusqu'à 70 % des coûts, le conseil de fabrique se donne trois ans pour aller chercher près de 300 000 $ dans la communauté.

« Cette église fait partie du patrimoine Bourassa-Papineau. C'est un bâtiment qui a beaucoup de valeur patrimonial pour nous. C'est aussi le centre du village de Montebello. On veut absolument le conserver », explique M. Ippersiel, qui était autrefois le président de la Société historique de Montebello.

L'objectif avec la campagne de financement est de sauver l'immeuble, même si M. Ippersiel reconnaît que l'aspect religieux du lieu sera bientôt appelé à changer. 

« L'église garde toujours une fonction religieuse, mais nous sommes comme en transition. On sait bien que la paroisse ne sera plus capable de faire vivre ce bâtiment dans quelques années. C'est pourquoi on le fait évoluer tranquillement vers une autre mission qu'elle soit socio-communautaire ou culturelle. Le conseil des marguilliers a pris la décision que l'église pourrait être cédée à la municipalité d'ici cinq ans. Nous ne savons pas encore à quoi servira exactement le bâtiment, mais nous voulons que la communauté le prenne en charge graduellement », affirme M. Ippersiel. 

En 1952, le curé Hector-David Brosseau avait commandé des travaux visant à modifier l'ensemble architectural de l'église Notre-Dame-de-Bonsecours. 

Selon les marguilliers, ce chantier serait à l'origine du fait que les supports de la toiture sont aujourd'hui grandement altérés.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer