« Ça devrait arrêter de monter »

Les résidents du boulevard Hurtubise, à Gatineau, combattent... (Etienne Ranger, Le Droit)

Agrandir

Les résidents du boulevard Hurtubise, à Gatineau, combattent la crue de la rivière Outaouais du mieux qu'ils le peuvent. La Ville a distribué des milliers de sacs de sable.

Etienne Ranger, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ça achève. Après une semaine marquée par des inondations aux quatre coins de l'Outaouais, la hausse du niveau de l'eau des rivières devrait prendre fin samedi matin. Les secteurs les plus touchés doivent toutefois s'attendre à ce que le retour à la normale prenne quelques jours.

Le directeur de la Sécurité civile pour l'Outaouais, Gaëtan Lessard, a indiqué vendredi que les précipitations reçues allaient sans doute générer « une légère hausse » dans les cours de l'eau de la région. « Samedi matin, ça devrait arrêter de monter », a-t-il dit. Les riverains des plus petits cours d'eau devraient voir une amélioration rapide, tandis que pour la rivière des Outaouais, il faudra probablement attendre quelques jours.

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a fait savoir vendredi qu'au lieu de la hausse de 20 centimètres du niveau de l'eau anticipée la veille, les prévisions évoquent maintenant cinq centimètres.

« Ça ne change rien aux opérations qui sont en cours », a précisé le maire. On contnue de déployer tous nos effectifs sur le terrain, parce même si la prévision est plus positive, ça ne change pas la situation pour les gens qui ont beaucoup d'eau autour de leur maison, dans la maison ou dans leur environnement. »

Une soixantaine de pompiers, une centaine d'employés des travaux publics, une douzaine de policiers et une quarantaine de personnes affectées au centre de coordination des mesures d'urgence sont notamment à l'oeuvre.

Nicolas Turcotte, qui demeure sur le boulevard Hurtubise, était d'ailleurs impressionné par les efforts déployés par les autorités ces derniers jours. 

« La Ville est venue me porter des sacs de sable, les policiers passent aux 20 minutes, et on m'a offert de l'aide pour aller remplir des sacs, a fait savoir ce résident qui s'est loué une camionnette afin de pouvoir sortir de sa résidence en toute sécurité. J'ai trouvé les services de la Ville vraiment exceptionnels, depuis le début. L'eau a monté et la journée même, ils ont fait une rue par-dessus ma rue. Ils ont travaillé jusqu'à 1 h 30 du matin sans arrêt jusqu'à ce que ce soit fait. [...] À part produire du soleil, il n'y a pas grand-chose de plus qu'ils peuvent faire comme c'est là. »

Depuis mercredi, la Ville a distribué 48000 sacs de sable. Le maire Pedneaud-Jobin a par ailleurs tenu à rappeler aux curieux qu'il vaut mieux regarder les images diffusées par les médias plutôt que de se rendre dans les zones inondées, puisque chaque véhicule qui passe cause des vagues susceptibles d'empirer la situation.

 « J'insiste pour dire aux citoyens que je comprends qu'il y a quelque chose de spectaculaire, mais il y a des gens qui vivent là et qui ont besoin d'avoir accès rapidement aux services d'urgence. »

Au moins deux véhicules pris dans l'eau ont été remorqués, vendredi, dans le secteur du boulevard Hurtubise. Dans certains secteurs de cette artère longeant la rivière des Outaouais, l'enrochement effectué plus tôt cette semaine est rendu enseveli sur l'eau.

Des travaux d'enrochement se poursuivaient également sur le chemin du Fer-à-Cheval, dans le secteur Masson-Angers, où des résidents disent vivre une crue aussi intense que celle de 1998.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer