État d'urgence à Pontiac

Inondation sur le chemin de la Sapiniere a... (Martin Roy, Le Droit)

Agrandir

Inondation sur le chemin de la Sapiniere a Pontiac.

Martin Roy, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crue historique en Outaouais
Crue historique en Outaouais

Tout sur la crue historique de 2017 »

L'état d'urgence localisé a été déclenché dans la municipalité de Pontiac. Une quarantaine de résidences font l'objet d'un avis d'évacuation sur les rues Dion, Bord-de-l'eau et du Ruisseau.

La municipalité craint un danger d'ordre électrique pour plusieurs de ces maisons. Les autorités ont songé à couper le courant à plusieurs résidences en après-midi, vendredi, mais elles n'avaient pas mis leur plan à exécution en début de soirée. Les citoyens affectés avaient l'occasion d'être relocalisés dans un hôtel à proximité. La Croix-Rouge collabore avec Pontiac pour venir en aide aux sinistrés.

Le maire de Pontiac, Roger Larose, a déclaré l'état d'urgence pour une période de cinq jours, une décision qui pourrait être prolongée après une rencontre du conseil municipal. 

M. Larose a jugé que le danger pour la santé et la vie de certains résidents est suffisamment élevé pour adopter ces mesures exceptionnelles, notamment en raison de l'éloignement de certaines résidences touchées par la crue des eaux.

Près de 200 autres résidences demeurent sous surveillance par les autorités municipales de Pontiac.

La municipalité de Pontiac tient également à avertir les résidents des secteurs inondés de ne pas consommer leur eau, même si celle-ci provient d'un puits artésien. 

L'eau pourrait avoir été contaminée par le débordement d'une fosse septique avoisinante. Les citoyens peuvent aller chercher de l'eau à l'usine de traitement des eaux municipales située dans le secteur de Quyon.

Une douzaine de résidences de la rue Bord-de-l'eau était entourée d'eau au passage du Droit, sur l'heure du souper, vendredi. La plupart des personnes rencontrées ont choisi d'ignorer l'avis d'évacuation préférant travailler à limiter autant que possible les dégâts. Certains résidents faisaient fonctionner leur pompe d'évacuation d'eau, et du sable a aussi été utilisé comme barrière.

Richard Bertrand, un résident de la rue Bord-de-l'eau, était inquiet pour son domicile. 

« Regarde ma cour. J'ai peur que l'eau entre dans ma maison. C'est épeurant, ça », a résumé M. Bertrand, dont le sous-sol de quelques pieds de profondeur était inondé.

 Comme d'autres citoyens, Mark Meranger a déploré l'absence d'aide de la municipalité. Plusieurs personnes sont incapables de remplir des sacs de sable et de déplacer des meubles et de l'équipement seules. Des bras additionnels auraient été appréciés. Heureusement, a précisé M. Meranger, il y a eu de l'entraide entre les résidents de la rue Bord-de-l'eau.

« Nous payons tous ces gens à la municipalité qui réparent les routes, qui remplissent les nids-de-poule. Où sont-ils ? Pourquoi ne sont-ils pas ici avec des pelles pour remplir des sacs et les apporter aux personnes qui en ont besoin ? Pourquoi n'avons-nous pas d'aide ? S'ils ne sont pas trop occupés, que la municipalité nous les envoie pour aider nos voisins », a déploré M. Meranger.

La municipalité de Pontiac a indiqué que les employés sont déjà très occupés et, compte tenu des ressources, elle croit bien s'en tirer.

« Nous avons déposé du sable dans les quartiers et on a offert les sacs gratuitement. On leur demande de les remplir parce que nos pompiers et nos cols bleus sont débordés. Cela dit, on n'a jamais refusé d'aider des citoyens, des personnes âgées », a expliqué Dominic Labrie, porte-parole à la municipalité.

- Avec Charles-Antoine Gagnon




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer