«Ça va s'empirer partout»

L'équipe responsable des mesures d'urgence assurera une surveillance... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

L'équipe responsable des mesures d'urgence assurera une surveillance «24/7» du niveau de l'eau, affirme-t-il en précisant que si la situation venait qu'à se détériorer, des sinistrés pourraient être hébergés au Complexe Whissell.

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les riverains des quatre coins de la région ne sont pas au bout de leurs peines. «Ça va s'empirer partout», prévient le directeur de la Sécurité civile pour l'Outaouais, Gaëtan Lessard.

Déjà, mardi, la Sécurité civile rapportait une «inondation moyenne» en amont de Ripon, aux abords de la rivière Petite Nation. Le seuil d'inondation mineure a été atteint à la marina de Hull, de même que sur le chemin du Lac-Cayamant, à Gracefield. Même constat du côté d'Ottawa, où le chemin Trim était inondé, tandis que l'eau de la rivière des Outaouais a envahi le parc Britannia.

«Pour le seuil d'inondation mineure, on parle d'un débordement sur la chaussée et de l'eau qui commence à toucher à certaines propriétés, a indiqué M. Lessard. Pour le seuil d'inondation moyenne, on peut parler d'évacuations préventives, de routes fermées ou de circulation en alternance. Certains résidents sont habitués, ils se stationnent près de la route et ont un canot ou un pédalo pour se rendre chez eux.»

À Saint-André-Avellin, le bureau des mesures d'urgence a été ouvert mardi matin. Le plan de sécurité civile concocté au lendemain des inondations de 2008 a été déployé. «La grande différence avec 2008, c'est que nous sommes prêts pour faire face à des inondations. Tout notre personnel, tout le monde est en place», affirme la mairesse, Thérèse Whissell.

Le niveau de la rivière Petite Nation, qui se trouvait toujours à sept pieds et trois pouces au dessus de la norme au moment d'écrire ces lignes, a fait refouler des égouts pluviaux dimanche, forçant la fermeture de la rue Principale. L'artère a pu être réouverte partiellement mardi, mais une dizaine de résidences dans le secteur des rues Lanthier et Nault ont dû être évacuées. Trois personnes ont été prises en charge par la Croix-Rouge.

Le coordonnateur des mesures d'urgence pour la municipalité, Pierre Cousineau, soutient que la situation va certainement s'envenimer avec la quarantaine de millimètres de pluie attendue d'ici dimanche. C'est sans compter la fonte des glaces de certains lacs importants, qui n'aidera en rien à ralentir la crue des eaux. «Soyons francs, on sait que ça va être pire et que l'eau va monter. On surveille la situation de près, mais on s'attend à quelque chose de semblable à 2008», indique M. Cousineau.

L'équipe responsable des mesures d'urgence assurera une surveillance «24/7» du niveau de l'eau, affirme-t-il en précisant que si la situation venait qu'à se détériorer, des sinistrés pourraient être hébergés au Complexe Whissell.

Au moment du passage du Droit à Saint-André-Avellin, mardi, aucun vent de panique ne semblait cependant guetter les citoyens. Stéphane Raymond, un locataire de la rue Nault, s'affairait à protéger la demeure. «La maison n'est pas encore inondée à l'intérieur. On a placé des digues, mais il faut rajouter des sacs de sable au cas où ça monte encore. J'attends mon propriétaire pour qu'il m'aide», a-t-il lancé.

À la Sécurité civile, Gaëtan Lessard estime que «ça va s'empirer partout». «Il reste de la neige à fondre dans le haut du bassin, il faut s'attendre à des hausses qui se feront lentement, mais qui ne seront pas fulgurantes. [...] On peut en avoir encore pour une semaine avec une petite hausse tous les jours.»

La Sécurité civile garde aussi un oeil attentif sur la rivière Gatineau dans le secteur situé entre Gracefield et Maniwaki, de même que dans les municipalités du Pontiac bordant la rivière des Outaouais.

Le directeur des services routiers à la Ville d'Ottawa, Luc Gagné, souligne que «les résidents doivent être conscients du fait que les niveaux d'eau [...] n'ont pas encore atteint leur maximum et qu'ils continuent d'augmenter». «Du sable et des sacs sont mis à leur disposition à différents endroits», a-t-il ajouté.

Dans l'Est ontarien, les précipitations du week-end n'ont pas engendré d'inondation majeure. Les Comtés unis de Prescott et Russell ont indiqué que les niveaux d'eau retournent à la normale. Divers chemins demeurent toutefois fermés à Clarence-Rockland, tandis que le ministère des Richesses naturelles et des Forêts de l'Ontario a émis un «avertissement de crue» pour Hawkesbury, Clarence-Rockland, Champlain et Hawkesbury Est.

Avec Martin Brunette




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer