Aéroport d'Ottawa: des bornes d'inspection libre-service 2.0

Les nouvelles bornes libre-service permettront d'accélérer les services... (La Presse canadienne)

Agrandir

Les nouvelles bornes libre-service permettront d'accélérer les services d'inspection primaire pour les voyageurs internationaux.

La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

L'aéroport international d'Ottawa est le premier d'une dizaine de grands aéroports du pays qui seront dotés dès cette année des nouvelles bornes libre-service utilisant la reconnaissance faciale permettant d'accélérer les services d'inspection primaire aux voyageurs internationaux.

Ces nouvelles bornes, en place à Ottawa depuis trois semaines, permettent aux voyageurs de faire vérifier leurs documents de voyage, de remplir une déclaration à l'écran et de confirmer leur identité par la reconnaissance faciale, une technologie qui compare notamment la photo prise par la borne avec le passeport du voyageur.

À compter de lundi, l'aéroport d'Ottawa sera aussi le premier et le seul aéroport canadien à offrir sur une application la déclaration électronique FrontièreCan qui permet de réduire de moitié le temps de traitement à l'arrivée. Une fois complété, le système émet un code de réponse rapide que les passagers devront balayer à la borne à leur arrivée. 

Lors d'une conférence de presse tenue mardi à l'aéroport d'Ottawa, les responsables de l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) ont confirmé que ces bornes seront aussi offertes dans neuf autres grands aéroports du pays en 2017, incluant Montréal, Toronto, Vancouver et Québec. 

À Ottawa, on compte actuellement 16 bornes, un nombre qui devrait augmenter en fonction des besoins. Dans les plus grands aéroports comme Montréal et Toronto, on pourrait en retrouver entre 60 et 80. Le coût de l'implantation des bornes n'a pas été dévoilé, chaque aéroport étant responsable de leur acquisition. L'aéroport de Vancouver en aura à sa disposition dès la semaine prochaine.

un bon moment

« Nous avons insisté pour obtenir ces bornes auprès de l'Agence des services frontaliers et nous sommes très heureux d'être le premier aéroport à les accueillir. Nous attendons un nombre important de voyageurs ici à Ottawa cette année dans le cadre des célébrations du 150e anniversaire, particulièrement le 1er juillet. Alors, ces bornes arrivent à un bon moment, et elles vont nous permettre d'améliorer l'expérience des voyageurs », a indiqué Mark Laroche, président directeur général de l'Administration de l'aéroport international d'Ottawa. Le système a déjà permis de réduire les temps d'attente notamment il y a deux semaines lors d'un vol de Toronto détourné dans la nuit avec des passagers asiatiques.

« Ces bornes permettront d'accroître la sécurité et aider à réduire les temps d'attente dans les plus grands aéroports », a insisté pour sa part le député d'Ottawa-Sud, David McGuinty.

Ces bornes peuvent permettre de traiter les demandes en plus de 15 langues différentes, en fonction de la clientèle des aéroports. Les seize bornes à Ottawa offrent le service dans les cinq langues les plus utilisées par les voyageurs, à savoir l'anglais, le français, l'allemand, l'espagnol et l'arabe. 

La nouvelle déclaration à l'écran et l'application mobile permettront à l'ASFC d'éliminer progressivement les cartes de déclaration à bord des avions. Les bornes n'entraîneront pas d'abolitions de postes. Les employés continueront à vérifier les renseignements contenus sur les fiches émises par les bornes, et auront plus de temps pour s'occuper des cas et des situations plus difficiles.

Pour assurer la confidentialité des renseignements personnels, une fois la déclaration faite et traitée par le système, les informations disparaissent automatiquement des bornes, a-t-on expliqué.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer