Colloque de l'ISFORT: la communauté scientifique réunie à Ripon

Ouvert depuis 2012, le pavillon de l'ISFORT a... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

Ouvert depuis 2012, le pavillon de l'ISFORT a été le premier institut universitaire de recherche au Canada dédié à l'étude de la forêt tempérée.

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il y aura de la matière grise au mètre carré vendredi à Ripon. L'Institut des sciences de la forêt tempérée (ISFORT) de l'Université du Québec en Outaouais (UQO) tient son troisième colloque entre les murs du Marché public de la Petite-Nation.

Une centaine de participants avaient déjà confirmé leur présence à l'événement. Des chercheurs et des représentants du secteur industriel forestier sont notamment attendus à ce grand «rassemblement scientifique» qui permet tous les ans aux étudiants des cycles supérieurs de présenter et vulgariser leurs résultats de recherche auprès de la communauté universitaire. 

«C'est l'occasion de démystifier et de prendre conscience de ce que tout le monde fait à l'institut. Ça donne des possibilités de collaboration, même à l'interne, tout en permettant de développer des nouvelles idées de recherche et des nouveaux partenariats», explique le professeur au Département de sciences naturelles de l'UQO et organisateur du colloque, Sylvain Delagrange. 

Ouvert depuis 2012, le pavillon de l'ISFORT a été le premier institut universitaire de recherche au Canada dédié à l'étude de la forêt tempérée. 

Dix professeurs et une quarantaine d'étudiants de cycles supérieurs et stagiaires post-doctoraux oeuvrent actuellement entre les murs du pavillon aménagé dans l'ancien couvent de Ripon.

L'ISFORT a toutes les caractéristiques aujourd'hui d'une «plaque tournante» dans le domaine de la recherche scientifique, admet le professeur Delagrange, soulignant au passage que les travaux réalisés ces dernières années à Ripon ont déjà eu des impacts en France, en Chine, au Chili ainsi que dans le reste du Canada et aux États-Unis.

«Au tout début, nous étions dans l'aménagement, la sylviculture et l'écologie. Maintenant, nous allons dans le côté hydrique et hydraulique des relations qui se passent en forêt. Nous avons des professeurs en écologie animale, en économie écologique, en socioécologie. Cette diversification que nous avons développée au fils des ans nous positionne comme un pôle important de la recherche sur la forêt feuillue à l'international», de dire le professeur Delagrange. 

Le colloque se déroule de 9 h à 16 h 30. Un «5 à 7» scientifique où le groupe d'étudiants et d'enseignants présents échangeront avec l'assistance clôturera la journée. 

Le public peut aussi assister à l'événement moyennant un prix d'entrée.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer