Les nouvelles «bêtes» de 2016

Le royaume animalier a fait parler de l'Outaouais et de l'Est ontarien, un peu... (iStockphoto)

Agrandir

iStockphoto

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le royaume animalier a fait parler de l'Outaouais et de l'Est ontarien, un peu partout sur la planète média, en 2016. Mention spéciale aux bêtes régionales.

Un personnage : la dinde noire

«J'ai juste ce film-là dans la tête, constamment,... (Courtoisie) - image 3.0

Agrandir

«J'ai juste ce film-là dans la tête, constamment, qu'elle va revenir la dinde noire», s'est désolée Céline Poulin.

Courtoisie

Cette damnée «dinde noire» - un dindon sauvage - s'est hissée au rang des personnages les plus connus de la région ces douze derniers mois. TVA Gatineau-Ottawa a raconté l'histoire de cette femme du secteur Templeton, à Gatineau, qui a reçu la visite fort désagréable d'un dindon sauvage dans sa résidence, en mars dernier.

La bête à plumes a fracassé la fenêtre de son salon, causant d'importants dégâts dans la maison. «J'étais étendue sur mon divan et j'ai vu une grosse bibitte noire se dirigeant vers ma fenêtre. J'ai crié au meurtre, je me suis abrillée en mettant mes couvertes sur ma tête et là, ç'a fait kaboum! (L'oiseau) est arrivé en bas, je criais : y'a une bibitte noire dans le salon!», a raconté Céline Poulin, alors sous le choc, à la caméra de TVA.

Comble de malheur, la compagnie d'assurances de la femme a refusé de dédommager la victime, dont le sofa est devenu inutilisable après que l'oiseau ait déféqué dessus.

«J'ai juste ce film-là dans la tête, constamment, qu'elle va revenir la dinde noire», s'est-elle désolée.

Un lieu: Lanark

Le royaume animalier a fait parler de l'Outaouais et de l'Est... (Courtoisie) - image 5.0

Agrandir

Courtoisie

C'est dans le comté rural de Lanark, au sud-ouest d'Ottawa, que l'action se déroule.

Une truie en cavale attire l'attention des résidents du secteur.

On appelle rien de moins que la Police provinciale de l'Ontario (PPO) pour régler l'affaire.

Les agents prennent la balle au bond et envoient un communiqué de presse qui fait sourire, dans les salles de presse de la région, et chez les internautes, qui ont relayé l'histoire de «Miss Piggy» à des milliers de reprises.

La PPO est intervenue dans la 2e Concession au mois de novembre. Mi-figue, mi-raisin, la PPO a publié un communiqué pour lancer un avis de recherche du propriétaire. La bête, décrite comme affectueuse et docile, flânait chez un résident de l'endroit depuis trois jours.

«La truie est amicale, confirmait alors l'agent David Bird, de la PPO. Elle a coopéré et s'est rendue volontairement aux policiers. Elle se trouve dans une ferme des environs, où elle demeure en détention préventive, dans un abri temporaire.»

La PPO fait allusion à l'histoire des Trois petits cochons, qui se protègent du grand méchant loup, dans leurs maisons. Les agents, indique le communiqué, «ont fait le tour des maisons de paille, de bois et de briques des environs».

La PPO a surnommé la truie «Miss Piggy».

Un mot: combat

Des coqs ont été saisis, en avril, après... (Archives, Associated Press) - image 7.0

Agrandir

Des coqs ont été saisis, en avril, après la découverte d'un réseau d'exploiteurs de coqs dressés au combat.

Archives, Associated Press

Des coqs ont été saisis par les autorités provinciales ontariennes, en avril, après la découverte d'un réseau d'exploiteurs de coqs dressés au combat.

La Police provinciale de l'Ontario (PPO) est intervenue Stormont Nord, et a procédé à l'arrestation de 11 hommes, dont des Torontois et des Montréalais.

Le constable Joel Doiron, du détachement d'Alexandria, a raconté à l'époque «avoir fait le tour» des médias avec cette histoire de combats de coqs organisés sur un terrain agricole du chemin Tolmies Corners.

C'est le propriétaire de l'endroit qui organisait ces combats, selon l'enquête policière.

Le porte-parole de la PPO avait confié ne pas avoir vu une telle chose en 30 ans de métier.

Le propriétaire du terrain a aussi été accusé d'avoir entretenu une arène pour un combat de coqs.

Un chiffre : 60

Une sentence de 60 jours de détention a été imposée à un homme affirmant que sa mère s'était réincarnée en chat, lors de son procès pour introduction par effraction à la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) de l'Outaouais.

Le crime plutôt curieux révèle qu'encore très souvent, la justice doit composer avec des cas de santé mentale délicats.

André Gauvin, 47 ans, a expliqué au juge qu'il avait fait une introduction nocturne à la SPCA, le 5 juin, pour s'emparer du chaton, qui était habité par l'esprit de sa mère.

«Il faut absolument... Il est destiné à moi ce chat-là, a-t-il expliqué au juge, en juin. C'est ma mère. On est heureux ensemble. C'est tout ce que j'ai besoin dans la vie pour être heureux. C'est mon p'tit chat.»

Le juge Valmont Beaulieu a dû composer avec le délire de l'individu - un habitué de l'hôpital Pierre-Janet - et les notions de droits qui s'appliquent.

Le magistrat a précisé que le tribunal ne lui en voulait pas systématiquement, et que des gens pouvaient l'aider.

Un résolution : s'occuper des félins

En janvier, un chaton a été lancé par... (Courtoisie) - image 10.0

Agrandir

En janvier, un chaton a été lancé par la fenêtre d'une camionnette.

Courtoisie

2016 a été l'année des chats maltraités, en Outaouais et dans l'Est ontarien.

Des deux côtés de la rivière, les responsables de refuges pour animaux et les corps policiers ont dénoncé trop de cas de maltraitance d'animaux.

Parmi eux, trois cas concernent des chats. En janvier, la Ottawa Humane Society (OHS) s'est mise à la recherche de celui qui a lancé un chaton par la fenêtre de sa camionnette.

Des citoyens ont pu observer la scène, près du secteur Navan. Le chaton de sept mois a eu la queue cassée et le visage ensanglanté.

En avril, au palais de justice de Gatineau, un homme de 33 ans a été reconnu coupable d'avoir tué un chaton en le lançant sur un mur de béton, en 2013. Michel De Gagné a empoigné le chaton d'un voisin pour le lancer sur un muret situé derrière sa résidence.

En mai, la Ottawa Humane Society a ouvert une enquête sur un cas de maltraitance de deux chatons, retrouvés dans les poubelles. Un passant les a entendus miauler en marchant près d'un conteneur à déchets du secteur Kanata. La personne a mis les animaux dans une boîte, avant de la refermer avec des attaches en plastique, et de la mettre dans un conteneur, près de Leacock Drive.

En avril, toujours à Ottawa, un petit félin a été tué par un chien. Un autre chat est mort en tombant d'un édifice de plusieurs étages.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer