La STO est-elle un service essentiel?

Une grève à la STO pourrait être déclenchée n'importe... (Martin Roy, Archives Le Droit)

Agrandir

Une grève à la STO pourrait être déclenchée n'importe quand, avec un préavis de 72 heures.

Martin Roy, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Société de transport de l'Outaouais (STO) a jusqu'à mercredi pour convaincre le Conseil canadien des relations industrielles (CCRI) de lui reconnaître un statut de service essentiel pour la population.

Les audiences ont débuté lundi matin et doivent se poursuivre jusqu'à mercredi. Les parties patronale et syndicale auront toutes deux l'occasion de présenter leurs arguments. 

La porte-parole du transporteur public, Céline Gauthier, affirme que plusieurs options pourraient être possibles si le CCRI reconnaît la STO comme un service essentiel à la population de Gatineau.

Un arbitre pourrait exiger des chauffeurs, par exemple, qu'ils assurent le service lors des heures de pointe, pendant la semaine.

La décision du CCRI pourrait survenir directement mercredi ou plus tard. Les 485 chauffeurs et 115 employés de l'entretien de la STO se sont votés à 98 % un mandat de grève, la semaine dernière.

Le mandat est valide pendant 60 jours.

La grève pourrait être déclenchée n'importe quand, avec un préavis de 72 heures.

La STO précise que les négociations se poursuivent entre les deux parties.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer