Un dernier au revoir à Paul Demers

Daniel Boivin un ami proche de Paul Demers... (PHOTO MARTIN ROY LeDroit)

Agrandir

Daniel Boivin un ami proche de Paul Demers se réconforte avec un des membres de la famille.

PHOTO MARTIN ROY LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'église de la paroisse Saint-Joseph dans le quartier Orléans d'Ottawa était bondée samedi pour les funérailles de l'auteur-compositeur-interprète Paul Demers, décédé le 29 octobre du cancer du poumon au jeune âge de 60 ans.

Les proches, les amis, de même que des personnalités du monde politique, associatif et musical ont tenu à lui dire un dernier au revoir lors d'une cérémonie sobre, ponctuée de ses chansons.

Rémi Lessard, curé de la paroisse de Cochrane dans le nord de l'Ontario, et ami de la famille de Paul Demers, a présidé les funérailles.

Il retient notamment de Paul sa croyance dans le bonheur, sa préoccupation du bonheur des autres et son talent. « J'ai été 14 ans dans une paroisse à Hearst, et quand j'ai fini, les paroissiens ont fait venir Paul pour qu'il anime la fête de mon départ. On était à la fois triste, mais nous voulions aussi célébrer ce que nous avions vécu. Paul est venu, il a joué de la musique. Il nous a fait chanter, il nous a fait danser », s'est remémoré le curé Lessard lors de la cérémonie.

Robert Paquette, chansonnier franco-ontarien et ami de longue date de Paul Demers, a été invité à prononcer un éloge funèbre.

« Une volonté féroce »

« C'est un homme talentueux, généreux, doté d'un courage à toute épreuve que nous célébrons ensemble. Nous nous rappelons un être au tonus et à la capacité de rebondir bien au-delà de la moyenne, possédant un goût et une volonté féroce de vivre sa vie pleinement jusqu'à la toute fin », a notamment souligné M. Paquette.

Paul Demers est né à Gatineau, mais il est Franco-ontarien d'adoption. Auteur de la chanson emblématique des Franco-Ontariens, Notre Place, il compte trois albums à son actif. Il fut l'un des fondateurs et le premier président de l'Association des professionnels de la chanson et de la musique franco-ontarienne (APCM).

« Paul était un homme engagé socialement, culturellement, politiquement, artistiquement, toujours prêt à prêter main-forte et dire : "présent". Et, pas seulement dans les grandes occasions, mais aussi souvent dans les petits combats difficiles de tous les jours », a ajouté M. Paquette, rappelant que M. Demers aimait particulièrement le nord de l'Ontario.

« Paul a trouvé sa place dans cette communauté tissée serrée de l'Ontario français. C'est dans cette culture et cette identité franco-ontarienne, a continué M. Paquette, qu'il s'est fait une place, un chez-soi chaleureux ouvert à tous et toutes ».

James Evraire, le beau-frère de Paul Demers, ainsi que son fils, Michael, ont aussi prononcé un éloge aux funérailles. « Les enfants de Paul - Magalie et Sophie - étaient les amours de sa vie. Jusqu'à la fin, elles sont restées pour lui une raison de continuer à livrer son combat contre sa maladie. C'était toujours avec beaucoup de fierté qu'il parlait de ses filles. Il les adorait », a indiqué Michael, neveu de Paul Demers, tout en signalant que Sylvie a comblé la vie de Paul.

La chanson Pour ceux qui restent de Paul, un hommage à sa mère après son décès, a notamment été jouée durant la cérémonie, pièce pour laquelle il était le plus fier, a souligné le curé Lessard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer