La maison des soeurs Dionne déménagée au Musée de l'histoire à Gatineau?

Cette maison historique située à North Bay pourrait... (Courtoisie Jeff Turl, Village Media)

Agrandir

Cette maison historique située à North Bay pourrait être déplacée dans la région de la capitale nationale.

Courtoisie Jeff Turl, Village Media

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les jumelles Dionne, ces célèbres quintuplées qui ont fasciné le monde entier, tâtent le terrain auprès du Musée canadien de l'histoire afin d'évaluer la possibilité de déménager à Gatineau la maison où elles sont nées, actuellement située à North Bay, en Ontario.

Depuis le milieu des années 1980, la petite maison dans laquelle les quintuplées ont vu le jour en 1934 est installée à North Bay, où la chambre de commerce gérait le Musée des quintuplées Dionne (Dionne Quints Museum). En déménageant ailleurs dans la ville, la chambre de commerce a toutefois sonné le glas du musée, qui a fermé ses portes l'automne dernier, après avoir connu une forte baisse d'achalandage au fil des ans.

Carlo Tarini, le porte-parole des deux soeurs toujours vivantes, Annette et Cécile, a écrit mardi au premier ministre Justin Trudeau et au directeur général du Musée canadien de l'histoire, Jean-Marc Blais, afin d'évoquer l'idée d'un déménagement à Gatineau pour « assurer la survie » de la maison dans l'éventualité où aucune solution n'est trouvée pour qu'elle reste à North Bay.

La Ville de North Bay, qui est propriétaire du terrain et de la maison, « ne semble pas manifester l'intérêt nécessaire à la survie du musée », déplore M. Tarini. La municipalité souhaite générer des revenus en vendant le terrain, ce qui forcerait le déplacement de la maison.

Artefacts

En entrevue, M. Tarini a souligné que de nombreux artefacts s'y trouvent toujours. « Il y a entre autres la commode dont les tiroirs ont été utilisés pour les garder au chaud près d'un poêle à bois, parce qu'il n'y avait pas de couffins », donne-t-il en exemple.

« Nous ne voulons pas que ce joyau nous glisse entre les doigts, écrit M. Tarini dans son message au premier ministre. [...] Le déménagement de la maison [...] au Musée canadien de l'histoire ne serait-il pas un progrès majeur pour la conservation de ce musée et de ses artefacts d'une grande richesse historique ? [...] Il s'agit pour la population canadienne d'un pan de mémoire important sur le plan éducatif et historique, dont nous pouvons tous tirer des leçons. Après tout, cette histoire retrace non seulement une naissance miraculeuse, mais souligne également les dangers liés à l'exploitation des enfants. »

M. Tarini a pu parler avec un responsable du Musée canadien de l'histoire, mercredi. « Il m'a dit qu'ils allaient regarder ça, et voulait savoir à quel point la situation était urgente », a résumé le porte-parole des soeurs Dionne.

Du côté du musée, une porte-parole a confirmé la réception du courriel de M. Tarini en indiquant que le dossier fait l'objet de « discussions », sans offrir plus de détails.

Annette et Cécile Dionne sont « attristées et désemparées » par l'incertitude qui entoure l'avenir de la maison où elles ont vu le jour avec leurs soeurs Marie, Yvonne et Émilie, avant d'être exploitées par le gouvernement ontarien en étant exposées pendant plusieurs années afin d'attirer des millions de touristes.

« Elles souhaitent une solution favorable, note M. Tarini. [...] Elles veulent que leur histoire soit préservée, que la maison ne soit pas vendue au plus offrant. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer