Grand jour pour Chelsea

Pour la mairesse de Chelsea, Caryl Green, il... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Pour la mairesse de Chelsea, Caryl Green, il était grand temps que le projet voie le jour.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sept ans après l'annonce de l'obtention de subventions de Québec et d'Ottawa, la municipalité de Chelsea a finalement inauguré ses usines d'eau potable et de traitement des eaux usées.

C'est en juillet 2009 que les gouvernements fédéral et provincial avaient confirmé leur participation financière - totalisant 2,4 millions $ - au projet d'une usine d'assainissement des eaux usées pour le centre-village de Chelsea.

La route a été longue pour en arriver à l'inauguration, lundi, de cette usine sur le chemin Hudson, là où a également été érigée une seconde usine pour fournir de l'eau potable au coeur du village. C'est d'ailleurs en trinquant avec un verre d'eau potable que le député fédéral de Hull-Aylmer, Greg Fergus, la députée provinciale de Gatineau et ministres responsable de l'Outaouais, Stéphanie Vallée, et la mairesse de Chelsea, Caryl Green, ont souligné cette inauguration.

Pour Mme Green, il était grand temps que le projet voie le jour. « Il y avait une étude où 50 % des systèmes septiques étaient non conformes, alors il y avait un risque de pollution des eaux souterraines, a-t-elle rappelé. Il y avait aussi un manque d'eau potable pour les résidents. L'école aussi manquait d'eau, et les enfants apportaient des bouteilles à l'école. »

À l'heure actuelle, le réseau dessert une centaine de portes. « Mais c'est prévu pour le développement qui est en train de se construire, alors c'est pour 1000 maisons et pour des commerces aussi », précise Mme Green.

La mairesse estime que malgré l'opposition liée à la facture et à l'emplacement des usines, les citoyens se sont aujourd'hui ralliés au projet totalisant 25 millions $ (en incluant la réfection du chemin Old Chelsea, pour laquelle le ministère des Transports du Québec a fourni 1,7 million $).

Des taxes d'amélioration locale seront perçues auprès des contribuables reliés au réseau, et ce sera également le cas pour les futures constructions du secteur. Une portion de 10 % de la facture sera refilée à l'ensemble des contribuables de la municipalité afin de défrayer les coûts pour les édifices publics tels que l'école et l'hôtel de ville.

Les députés Fergus et Vallée ont souligné que les nouvelles usines permettront d'améliorer la qualité de vie des citoyens de Chelsea. « C'est la concrétisation d'une volonté municipale de moderniser les infrastructures, de doter Chelsea d'infrastructures qui permettent une meilleure protection environnementale et qui permettent aussi aux entreprises de croître et d'offrir tout ce qu'elles ont de mieux aux citoyens », a mentionné Mme Vallée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer