Pedneaud-Jobin patiente encore

Détourner la circulation lourde du pont des Chaudières... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Détourner la circulation lourde du pont des Chaudières vers le pont du Portage n'a rien de simple, avoue le maire Pedneaud-Jobin, mais il n'en demeure pas moins que c'est son souhait.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le transport lourd sur le pont des Chaudières deviendra, avec l'arrivée du projet domiciliaire et commercial Zibi, un enjeu interprovincial de taille auquel une réponse devra éventuellement être trouvée, assure le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, mais la Commission de la capitale nationale (CCN), la Ville d'Ottawa et la Ville de Gatineau sont encore loin de s'entendre sur la solution.

En août dernier, LeDroit révélait que les hauts fonctionnaires de la Ville de Gatineau tentent de convaincre leurs homologues d'Ottawa et de la CCN de déporter le camionnage lourd sur le pont du Portage afin de faire du pont des Chaudières un lien plus sécuritaire pour les cyclistes et les piétons. 

Responsable du pont du Portage, la CCN n'a nullement l'intention pour l'instant de combler le souhait de Gatineau. La Ville d'Ottawa n'est pour sa part pas très chaude à l'idée de voir des poids lourds se rapprocher de son centre-ville, elle qui tente d'en réduire les impacts depuis des années.

Le maire Pedneaud-Jobin n'exclut pas de faire de ce dossier un enjeu politique et de se servir de sa présence à la table de la CCN, mais pour l'instant, il préfère laisser les fonctionnaires poursuivre leurs discussions. 

« C'est à ça que ça sert siéger à la CCN, lance-t-il. C'est pour éviter que des discussions comme ça s'étirent éternellement. À un moment donné, il faut s'arrêter, mettre les chiffres sur la table et prendre une décision. Dans ce dossier, tout le monde est conscient que c'est un problème important. Sur l'objectif, nous nous entendons, mais c'est sur les moyens de régler le problème que nous ne nous entendons pas. Ce dossier va peut-être finir à la table du conseil d'administration de la CCN, mais nous n'en sommes pas encore là. Il y a encore des discussions en cours pour trouver une solution. Il y a des divergences, elles sont importantes, et tout le monde y travaille. »

Détourner la circulation lourde du pont des Chaudières vers le pont du Portage n'a rien de simple, souligne le maire Pedneaud-Jobin. Le pont du Portage débouche directement sur une promenade de la CCN. « Et la CCN est très stricte sur l'utilisation de ses promenades, note-t-il. Elle veut limiter les types de circulations qui y sont autorisées. On est devant des positions historiques. Ça fait des discussions intenses, surtout que les solutions ne sont pas très nombreuses. 

Autre option : une passerelle

À défaut d'un détournement des camions lourds, l'étude d'impact sur la mobilité dans le quartier de la chute des Chaudières préparée par la firme CIMA+ et dont LeDroit a obtenu copie en août dernier propose la construction d'une passerelle dédiée aux piétons et aux cyclistes. Elle serait aménagée à l'intersection Montcalm-Taché et passerait au-dessus de l'eau, près des centrales hydroélectriques. Cette passerelle est aussi prévue au Plan particulier d'urbanisme de la Ville de Gatineau.

«C'est certain que la passerelle fait partie des solutions, mais c'est aussi certain que le prix sera considérable, note M. Pedneaud-Jobin. Il faut cependant améliorer les connexions interrives et selon moi, les investissements dans un tel projet ne seraient pas que municipaux. C'est un endroit selon moi où le fédéral pourrait investir.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer