Impasse en Haute-Gatineau

Les élus de Montcerf-Lytton, en Haute-Gatineau, s'insurgent de l'inaction du... (Archives, La Presse)

Agrandir

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les élus de Montcerf-Lytton, en Haute-Gatineau, s'insurgent de l'inaction du gouvernement du Québec pour achever la route forestière allant de Maniwaki au Témiscamingue et réclament des actions concrètes avant le 1er septembre. Sans quoi, le passage des camions transportant du bois pourrait être compromis.

La réponse de Québec - qui est survenue vendredi - « n'est pas celle que nous attendions. Notre insatisfaction est encore là », souligne le maire Alain Fortin. Une conférence de presse doit avoir lieu la semaine prochaine afin de faire le point sur la situation. M. Fortin n'entend pas lâcher prise.

Le maire, les conseillers et des citoyens de l'endroit déplorent que la route Maniwaki-Témiscamingue ne soit toujours pas terminée. La municipalité dit subir les contrecoups de cette situation depuis 30 ans. Bon an, mal an le coeur du village de 700 âmes est traversé près de 24000 fois par des camions lourds transportant du bois.

Si rien ne change d'ici la date butoir du 1er septembre, le maire n'écarte pas l'idée de mettre en application le règlement 143, permettant d'interdire le transit des véhicules lourds sur le tronçon de 18 km traversant le village. 

« On a donné un ultimatum pour avertir que si rien ne se passe dans le dossier, on mettrait en application notre réglementation. On a toujours été tolérant, mais il faut que ça bouge pour qu'on laisse encore passer les camions lourds », explique le maire Alain Fortin.

La solution ultime pour les élus est de terminer la route Maniwaki-Témiscamingue comme il était prévu il y a 30 ans.

 Entre temps, la municipalité demande de l'aide pour veiller à la réfection, entre autres, du rang 6 et des chemins de l'Aigle et de Montcerf.

« Même les forestières en seraient avantagées, avec une meilleure route, plus courte, pour transporter leur bois », souligne le conseiller Ward O'Connor dans une lettre transmise au Droit.

La problématique engendre des coûts exorbitants pour la municipalité de la Vallée-de-la-Gatineau. Malgré l'aide gouvernementale de 12000$ pour payer la réfection de la route à double vocation, le maire Fortin estime que le tronçon de 18 km coûte près de 100000$ par année. 

Des projets d'infrastructures municipales ont été mis sur la glace au cours des dernières années, comme la patinoire couverte et le réaménagement de la bibliothèque, parce que Montcerf-Lytton ne peut plus absorber les coûts d'entretien de sa route forestière. 

« Au point où on est rendu, on n'a plus les moyens. Notre budget est sauté, soutient le maire. [...] On a carrément oublié d'autres projets dans la municipalité parce qu'on a l'obligation de maintenir le tronçon en état pour qu'il n'y ait pas d'accidents. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer