Un projet de train privé pour relier le rural et l'urbain

Dans le cadre du projet MOOSE, le groupe... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Dans le cadre du projet MOOSE, le groupe de M. Potvin vient d'ailleurs de présenter au fédéral et à la Ville d'Ottawa un plan de rénovation du pont ferroviaire Prince-de-Galles.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Perçu au départ par plusieurs comme un rêveur un peu fou, Joseph Potvin continue d'avancer lentement vers son objectif de mettre en place un service ferroviaire privé de 400 km reliant les secteurs ruraux de la grande région d'Ottawa-Gatineau au coeur de la capitale fédérale.

Le consortium formé d'une douzaine de sociétés du secteur privé derrière le projet Mobilité Outaouais-Ottawa: Systèmes et Entreprises (MOOSE) a présenté, à la fin du mois de juin, une demande à l'Office des transports du Canada afin d'obtenir l'importante certification d'aptitude. Une réponse est attendue plus tard en septembre.

LeDroit faisait état de ce projet pour la première fois au début de l'année 2015.

«Pour nous, c'est une étape très importante parce qu'elle nous permettra de démontrer aux autres parties impliquées sur le réseau ferroviaire visé que nous sommes aptes à développer notre projet, explique M. Potvin. Cette certification nous permettra d'entamer officiellement les discussions et les négociations avec les autres propriétaires et opérateurs des voies ferrées de la région.»

MOOSE est un projet qui doit être entièrement financé par le secteur privé. Une fois complètement déployé, ce service de transport en commun sur rails permettrait de relier des municipalités aussi loin que Papineauville, Chelsea, Quyon, Maxville, Smiths Falls aux centres-villes de Gatineau et d'Ottawa. Ce service ferroviaire serait éventuellement arrimé avec les services offerts par la Société de transport de l'Outaouais et par OC Transpo, soutient M. Potvin.

«Pour nous, [la certification de l'Office des transports du Canada], c'est une étape très importante parce qu'elle nous permettra de démontrer aux autres parties impliquées sur le réseau ferroviaire visé que nous sommes aptes à développer notre projet.»

Joseph Potvin
promoteur de MOOSE

Un avenir pour le pont Prince-de-Galles?

Alors que s'élève la controverse face au peu d'empressement de la Ville d'Ottawa à utiliser le pont ferroviaire Prince-de-Galles, situé à l'ouest du pont des Chaudières, et surtout à vouloir en bloquer l'accès, le groupe de M. Potvin vient de présenter au fédéral et à la Ville d'Ottawa un plan de rénovation de 50 millions $ qui lui permettrait d'y faire passer un de ses trains pour relier les réseaux de transport d'Ottawa et Gatineau. 

M. Potvin explique qu'en plus des réparations nécessaires pour que le pont puisse de nouveau accueillir un train, le plan propose aussi une piste cyclable et un sentier piétonnier. 

«Nous avons aussi entamé des processus légaux pour forcer le gouvernement fédéral à faire respecter l'intégrité des voies ferrées, ajoute M. Potvin. Des projets comme ceux de la municipalité de Chelsea, qui souhaite retirer les voies ferrées sur son territoire, sont une violation des lois fédérales, selon nous.»

La prochaine étape pour le consortium MOOSE sera d'intensifier ses discussions avec les propriétaires et opérateurs des chemins de fer de la région et d'interpeller officiellement les transporteurs publics d'Ottawa et Gatineau. MOOSE devra aussi éventuellement obtenir un certificat d'opération pour que ses trains puissent rouler aux quatre coins de la grande région de la capitale fédérale.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer