Les partisans du sentier à Chelsea accueillent froidement la relance du «p'tit train»

Tammy Scott réside aux abords des rails du... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Tammy Scott réside aux abords des rails du train à vapeur et elle espère que le tracé devienne un sentier communautaire.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'entrée en scène officielle d'un investisseur dans le dossier du « p'tit train » est accueillie froidement chez les partisans du projet de sentier communautaire à Chelsea.

Tammy Scott réside aux abords des rails du train à vapeur. Devant l'absence d'un projet et voyant l'utilisation faite du trajet en hiver (ski de fond, raquette, etc.), cette citoyenne avait mis en ligne une pétition demandant que le tracé des rails devienne un sentier communautaire.

Un an et demi plus tard, l'idée a fait son bonhomme de chemin. Le conseil municipal de Chelsea appuie maintenant le projet et a entrepris des démarches vers sa réalisation.

La nouvelle proposition pour rétablir le train à vapeur à cet endroit contrarie Mme Scott qui, depuis le lancement de sa pétition, a participé à la fondation de l'organisme « Chelsea, Voie verte », plus tôt en juillet.

« Tous les quelques mois, on entend revenir l'histoire d'un investisseur privé qui s'intéresse au projet. [...] Je suis un peu tannée, je pense qu'il est vraiment temps de passer à autre chose. On a trouvé une solution d'avenir, une solution verte qui fait l'affaire de la majorité des citoyens. »

Cap sur le sentier

Tammy Scott espère maintenant que les élus de Chelsea maintiendront le cap pour la mise en place d'un sentier communautaire à l'endroit où se trouvent les rails. Elle croit que l'impact touristique et économique du train à vapeur est surévalué et qu'il est préférable d'opter pour un projet utile aux citoyens de Chelsea.

Jeudi, en entrevue avec LeDroit, la mairesse Caryl Green indiquait qu'elle n'avait pas l'intention de donner son appui au projet de la Compagnie de chemin de fer de l'Outaouais (CCFO).

Du moins, pas aussi rapidement que le souhaiterait la CCFO et l'investisseur privé, puisque la municipalité a entrepris des démarches, soit une étude environnementale et des consultations publiques, pour déterminer la faisabilité du projet de sentier communautaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer