Pluie d'appuis pour la famille Abdi

La famille de M. Abdi a reçu le soutien... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

La famille de M. Abdi a reçu le soutien de nombreux Ottaviens au cours des dernières heures.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La communauté musulmane se serre les coudes à la suite du décès du Canadien d'origine somalienne, Abdirahman Abdi. L'Association musulmane d'Ottawa a d'ailleurs annoncé mardi qu'elle couvrirait les frais des funérailles de l'homme de 37 ans.

Le défunt, Abdirahman Abdi... (Courtoisie de la famille) - image 1.0

Agrandir

Le défunt, Abdirahman Abdi

Courtoisie de la famille

Les funérailles auront lieu vendredi à la mosquée principale d'Ottawa, sur l'avenue Northwestern. Ce sont des membres de la famille qui en ont fait l'annonce, mardi soir, durant un rassemblement en l'honneur d'Abdirahman Abdi. Les proches du défunt ont invité la communauté d'Hintonburg à s'y rendre, mais ont également demandé à ce que la cérémonie demeure privée et que les médias s'abstiennent de s'y présenter.

«Nous avons décidé de couvrir les frais pour les funérailles puisque c'est la chose à faire pour un membre de notre communauté», a expliqué une porte-parole de l'association.

La famille de M. Abdi a reçu le soutien de plusieurs Ottaviens au cours des dernières heures. Une collecte de fonds a été lancée sur le site GoFundMe lundi soir. Mardi après-midi l'objectif de 10 000$ avait été dépassé et revu à 20 000$. Plus de 14 000$ avaient été amassés mardi soir.

Des gerbes de fleurs et de nombreux messages ont été déposés devant l'immeuble du 55, rue Hilda, où l'intervention policière controversée a eu lieu.

La ministre libérale et députée d'Ottawa-Centre, Catherine McKenna, s'est rendue sur les lieux en matinée pour y déposer un bouquet de fleurs. Cette dernière appelle d'ailleurs au calme dans un message qu'elle a écrit lundi soir.

«C'est un événement tellement tragique, on voit que tout le monde veut être ensemble et se supporter. Je pense que ça dit quelque chose de notre communauté. [...] Je regarde tout autour, il y a des gens de la communauté somalienne, mais aussi des gens qui ne connaissent pas la communauté.»

Rappelons que des témoins de la scène, qui a été filmée par des voisins, ont soutenu que la victime avait été sévèrement battue. Une autopsie devait être pratiquée sur le corps de la victime mardi et permettra d'obtenir plus d'informations sur ce qui s'est passé dimanche dernier dans le quartier Hintonburg. L'Unité des enquêtes spéciales (UES) de l'Ontario, qui est chargée de l'enquête, se trouvait sur les lieux du drame, au lendemain du décès d'Abdirahman Abdi, afin de rencontrer les témoins de la scène.

- Avec Julien Paquette

Le Conseil national des musulmans souhaite une enquête transparente

Le Conseil national des musulmans canadiens réclame une enquête approfondie et transparente relativement au décès, dimanche, d'un homme impliqué dans une confrontation avec la police d'Ottawa.

L'organisme national soutient que l'Unité des enquêtes spéciales (UES) de l'Ontario doit ainsi déterminer si le racisme a pu jouer un rôle dans la mort d'Abdirahman Abdi, un Somalo-Canadien âgé de 37 ans.

Après une confrontation avec des policiers d'Ottawa, dimanche matin, M. Abdi a été conduit à l'hôpital, où on a constaté son décès, selon un porte-parole de la famille.

L'UES a précisé que des agents avaient répondu, dimanche matin, à un appel au sujet d'un homme qui troublait la paix publique. Les agents auraient retrouvé l'homme en question, et celui-ci aurait souffert d'un trouble médical pendant la confrontation.

Le directeur général du Conseil national des musulmans canadiens, Ihsaan Gardee, estime que l'enquête de l'UES doit être menée rapidement et en toute transparence, afin de rétablir le lien de confiance entre la police et la communauté musulmane.

L'UES est un organisme indépendant qui mène l'enquête dans le cas d'un incident impliquant des policiers et qui a causé la mort ou une blessure grave, ou qui comporte des allégations d'agression sexuelle. Cinq enquêteurs et un enquêteur spécialiste des sciences judiciaires ont été affectés à l'incident d'Ottawa.

«Plusieurs membres des communautés musulmane et somalienne d'Ottawa s'inquiètent de la façon dont s'est déroulé cet incident tragique, notamment si M. Abdi aurait été victime de discrimination», soutient M. Gardee dans un communiqué.

«La protection et la préservation des droits de la personne et de la dignité humaine, sans égard à la couleur de la peau, aux croyances religieuses ou à toute autre particularité, font partie intégrante de notre sentiment collectif et individuel de sécurité et d'inclusion.»

- La Presse Canadienne

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer