Huit bouches d'égout asphaltées

Ce sont finalement huit bouches d'égout - et... (Benoit Sabourin, LeDroit)

Agrandir

Ce sont finalement huit bouches d'égout - et non pas une seule - qui ont été recouvertes d'asphalte la semaine dernière.

Benoit Sabourin, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Huit bouches d'égout ont finalement été recouvertes d'asphalte par les employés du ministère des Transports du Québec (MTQ) lors de travaux effectués la semaine dernière sur un tronçon de la route 315 et du chemin de Montréal Est, dans le secteur Masson-Angers.

Depuis quelques jours, l'image d'un couvercle d'égout à moitié recouvert de bitume, localisé à l'intersection de la rue Guy-Dubuc et du chemin de Montréal Est, à deux pas du centre de services du secteur Masson-Angers, circule sur les réseaux sociaux. Une photo devenue virale qui suscite les railleries des internautes à l'endroit des employés du ministère.

Au total, ce sont huit bouches d'égout qui se retrouvent ensevelies d'asphalte à la suite des travaux visant à améliorer la surface de la route dans le Vieux-Masson, a confirmé mercredi la porte-parole régionale du MTQ, Martine Perreault.

Les travaux ont été réalisés à l'interne par des employés du MTQ entre le 5 et le 8 juillet. L'asphaltage du tronçon en question faisait suite à des plaintes logées par des automobilistes en lien avec les vibrations occasionnées par la chaussée amochée dans ce secteur.

La porte-parole régionale du MTQ affirme qu'un problème de coordination logistique est à l'origine des trous d'homme asphaltés. Des travaux pour rehausser les couvercles en question seront effectués au courant des prochains jours, a confirmé Mme Perreault.

« Ce n'est pas volontaire. Ce qui s'est passé, c'est qu'il y a eu une problématique au niveau de la coordination des travaux. On ne pensait pas avoir à relever les regards des égouts, mais une fois la logistique opérationnelle commencée, on ne pouvait pas arrêter la machine parce qu'on travaille avec de l'asphalte chaud. Nos employés ont dû utiliser une autre technique. De façon générale, le rehaussement des regards est effectué au préalable et non après », a-t-elle expliqué.

Cette dernière assure que la situation n'occasionne pas de complications par rapport à la fonctionnalité des égouts concernés.

« Ce sont des égouts sanitaires qui ont été recouverts et non plus pluviaux donc il n'y a aucune répercussion sur le drainage des eaux », précise-t-elle.

Le MTQ estime qu'une journée ou deux de travail seront nécessaires pour corriger la situation. Sans préciser de chiffres, Mme Perreault a fait savoir que les coûts associés à ces travaux de correction seront « marginaux ».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer