Pour éviter les sueurs froides

Environnement Canada signale que le mercure atteindra 33 °C... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Environnement Canada signale que le mercure atteindra 33 °C mercredi et 30 °C jeudi.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Trente-et-un degrés Celcius au mercure mardi, 33 °C mercredi, 30 °C jeudi. Dire qu'il fait chaud relève de l'euphémisme.

Pour ceux qui travaillent à l'extérieur, l'histoire se répète, été après été : il faut éviter les coups de chaleur et ajuster son rythme de travail.

Dans son camion à benne, Mario St-Gelais prenait une pause, barbotine à la main, mardi midi. « Ça s'en vient, dit-il. Encore un peu, puis c'est les vacances. » Comme bien d'autres, il doit être attentif aux coups de chaleur, cette semaine.

Comme c'est le temps des vacances pour plusieurs, l'alcool doit être accompagné d'un grand verre d'eau - et d'ombre, si possible. La bière, aussi rafraîchissante puisse-t-elle être par cette chaleur, n'hydrate pas.

Sécurité au travail

Comme le rappelle la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST), un coup de chaleur se produit lorsque le corps ne réussit pas à se refroidir adéquatement. 

« Ainsi, précise-t-on, la température du corps, normalement de 37 °C, augmente et peut atteindre 40,6 °C et plus. Cela peut survenir brusquement lors de l'exécution d'un travail physique lorsqu'il fait chaud. En l'absence de mesures de refroidissement, l'hyperthermie va progresser, causant des dommages irréversibles aux organes vitaux et, éventuellement la mort », résume son porte-parole, Alain Trudel.

La CNESST a une pensée pour les travailleurs exposés à la chaleur intense. Outre les ouvriers de chantiers de construction, les cuisiniers, responsables de fonderies, de buanderie et de manufactures y sont aussi vulnérables.

« En général, les patrons comprennent la situation, dit M. Trudel. Il faut boire aux 15 minutes, chercher l'ombre et prendre plusieurs petites pauses. »

Depuis 2011, le Québec compte une moyenne annuelle de 18 incidents avec coup de chaleur, sur tout le territoire. « On ne se souvient d'aucun décès impliquant directement la chaleur, dit-il. Ce qu'on ne peut comptabiliser, par exemple, est un malaise causé par un coup de chaleur, qui fait faire une chute mortelle d'un travailleur. »

Les collègues doivent être attentifs aux signes avant-coureurs. « Un travailleur qui devient soudainement confus, ou qui commence à dire des drôleries, c'est un signe. »

Indice UV extrême

En plus de demeurer prudent face à la chaleur, la population devra également se prémunir contre une éventuelle surexposition au soleil, particulièrement mercredi.

Santé publique Ottawa a émis une mise en garde concernant l'indice UV, qui devrait dépasser la barre du 10 mercredi. «Des précautions particulières sont de mise pour se protéger des rayons du soleil», fait valoir l'organisme.

Les autorités recommandent notamment de porter des vêtements et accessoires qui protègent la peau (chapeau, lunettes de soleil, vêtements amples) et rappelle qu'il est déconseillé d'exposer au soleil les bébés de moins d'un an.

Un répit vendredi

Environnement Canada signale que le mercure atteindra - sans compter l'humidité - 33 °C mercredi et 30 °C jeudi. Les minimums oscilleront entre 16 °C et 21 °C. Avec l'humidex, ce sera une température de 40 °C qui sera ressentie dans la région de la capitale.

La température sera plus confortable à partir de vendredi, alors que le maximum sera de 25 °C.

Dans les environs de Maniwaki, les températures seront semblables, avec 60 % de risque de précipitations, mercredi et vendredi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer