Rassemblement pour les pitbulls à Gatineau

Johanne Matte, Cora-Lee Cosgrove et Chantal Lague marcheront... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Johanne Matte, Cora-Lee Cosgrove et Chantal Lague marcheront parmi les propriétaires de chiens avec Monsieur Blue et Miss Molie. Les intéressés sont invités à revêtir du rose pour souligner le côté pacifique de l'activité.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des citoyens de Gatineau se mobilisent afin de sensibiliser la population à la cause des chiens de type pitbull. Une marche pacifique est prévue mercredi où chiens - toutes races confondues - et citoyens sont invités.

L'objectif est de mener à la cohabitation et à l'inclusion des chiens qualifiés de potentiellement dangereux.

« On veut permettre une rencontre entre la population et les propriétaires de chiens pour arriver à une cohabitation pacifique. [...] On veut sensibiliser les propriétaires de ces types de chiens à respecter les règlements municipaux et aussi briser la stigmatisation », explique Sandra-Marie Hrycko, porte-parole de la marche.

L'Association des parcs à chiens de Gatineau et Les Anges Gardiens des Animaux sont les hôtes du rassemblement qui aura lieu à 18 h, mercredi, devant le Centre de services de Gatineau, au 144, boulevard de l'Hôpital. Les gens sont invités à s'y rendre avec leur compagnon à quatre pattes. Il est suggéré de s'habiller en rose afin de souligner le côté pacifique de la démarche et de mettre un accessoire de la même couleur à l'animal.

Sur la page Facebook Rassemblement et marche pacifique pour les Pitbulls - Gatineau, plus de 200 citoyens ont indiqué être intéressés à se joindre à la marche et 80 autres ont écrit qu'ils seraient présents.

Sandra-Marie Hrycko est propriétaire d'un labrador mastiff, un chien qui ressemble physiquement au pitbull. Elle constate souvent que les gens ont des craintes face à ces types de chiens et pense qu'une plus grande sensibilisation doit être faite pour bien informer la population.

« Les gens ont le droit d'avoir un chien de type pitbull dans la mesure où ils respectent la réglementation. L'information, l'éducation, le contrôle et la prévention sont des éléments importants plutôt que d'opter pour la répression », souligne-t-elle.

Interdire les pitbulls à Gatineau

La Commission de la sécurité publique de Gatineau se penche sur l'encadrement des chiens de type pitbull et demande d'interdire cette race par attrition sur le territoire de la ville.

Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) étudie la recommandation en rencontrant différents partenaires du milieu afin de présenter une proposition à la Commission.

«Selon moi, la réglementation actuelle est insuffisante et n'est pas respectée. Je l'ai constaté à plusieurs reprises. Les gens se promènent sans mettre de muselière à leur chien, indique le conseiller Jocelyn Blondin, qui est président de la Commission. J'ai déjà averti des citoyens et on m'a ri en plein visage. Malheureusement, ceux qui respectent paient le prix pour ceux qui ne suivent pas le règlement.»

La Commission de la sécurité publique de Gatineau doit se rencontrer à la fin du mois d'août pour traiter de la question. Une proposition doit être présentée au conseil municipal en septembre.

Encadrer la réglementation

La directrice général de la SPCA de l'Outaouais,... (Martin Roy, Archives LeDroit) - image 3.0

Agrandir

La directrice général de la SPCA de l'Outaouais, France Dubois

Martin Roy, Archives LeDroit

La Société de prévention de la cruauté aux animaux (SPCA) de l'Outaouais croit que bannir la race pitbull sur le territoire de Gatineau n'est pas la solution et compte interpeller la Ville à ce sujet.

Selon France Dubois, directrice générale de l'organisme, le règlement déjà existant est très bon, le problème «est au niveau de la rigueur de l'application».

La SPCA souhaite proposer à la Ville de Gatineau d'encadrer davantage la réglementation concernant les chiens qualifiés de potentiellement dangereux.

«Nous sommes persuadés qu'il y a une possibilité que ces races-là demeurent tout en étant encadrées. Notre rôle c'est d'assurer la sécurité des citoyens et nous pensons que c'est possible d'y parvenir», souligne Mme Dubois.

Bannir une race ne ferait que déplacer le problème puisque les gens «continueront à adopter des pitbulls, mais clandestinement», illustre Mme Dubois.

Un facteur mordu par deux pitbulls

Un facteur a dû être transporté à l'hôpital, lundi, après qu'il eut été mordu par deux chiens de race pitbull alors qu'il tentait de livrer du courrier dans une résidence de Laval.

Une porte-parole de la police de Laval, Évelyne Boudreau, a indiqué que l'homme âgé dans la cinquantaine a été mordu à la main et à l'avant-bras. Il a été traité sur place puis transféré dans un centre hospitalier. L'homme se trouvait dans un état stable au moment du transport par ambulance.

La police a reçu un appel à 10 h 08 pour cet incident survenu dans le quartier Saint-François.

Les policiers de Laval ont ouvert une enquête et ont déjà remis à la propriétaire quatre constats d'infraction, soit deux pour ne pas avoir tenu ses chiens en laisse et deux autres parce qu'elle est responsable de chiens ayant mordu une personne.

Le dossier a été transféré au ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ).

C'est la démarche habituelle pour ce genre d'incident. Des agents du ministère vont vérifier entre autres les carnets de vaccination des chiens.

La Presse Canadienne

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer