Quand la vie te donne des citrons

Adela Andrews et Eliza Andrews ont décidé d'avoir... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)

Agrandir

Adela Andrews et Eliza Andrews ont décidé d'avoir un affichage bilingue pour leur kiosque de limonade. Un choix qui leur appartient précise leur papa Kurtis Andrews.

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après des mésaventures administratives avec la CCN, le kiosque de limonade le plus célèbre en ville a repris du service aux abords du canal Rideau, dimanche.

Eliza et Adela Andrews, 7 et 5 ans, vendaient de la limonade sur un terre-plein le long du canal Rideau, au sud du pont Pretoria, à deux pas de la maison familiale. La campagne de financement pour leur camp d'été a été interrompue lorsqu'une agente de la Commission de la capitale nationale (CCN) a informé les enfants et leur père que le kiosque devait se munir d'un permis pour continuer ses activités. Le lendemain, la CCN a présenté ses excuses, et mercredi, la société d'État a émis un permis spécial pour leur permettre de vendre l'élixir chaque dimanche au même endroit pour le reste de l'été, et ce, sans avoir à débourser les frais habituels de 1520 $.

Deux conditions s'appliquent. De un, l'affichage doit être bilingue, tâche dont les filles se sont chargées en ajoutant au crayon de bois un « i » au-dessus du « e » de l'écriteau « Lemonade ». De deux, les fonds récoltés ce dimanche devaient être redirigés au Camp Quality, un camp d'été qui accueille les enfants atteints du cancer. « C'était le choix des filles, précise leur père, Kurtis Andrews. C'est écrit sur le permis qu'aujourd'hui est une campagne de financement pour Camp Quality, mais ça a toujours été leur idée. Elles ont fait ce choix mardi, et la CCN l'a incorporé dans le permis. »

Et pourquoi exactement Camp Quality ? « Parce que ce sont des personnes qui ont le cancer et elles peuvent mourir, alors j'ai décidé de vendre de la limonade pour ça », résume Eliza.

La réouverture du kiosque aura été prolifique aux jeunes entrepreneures. Parmi les visiteurs, le maire d'Ottawa, Jim Watson, et le député de Carleton, Pierre Poilievre, sont allés goûter à la recette secrète de la mère des enfants. Au final, la journée de vente a permis aux soeurs Andrews d'amasser 220 $ pour Camp Quality.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer