Un plan d'action pour que l'Outaouais «prenne sa place au Québec»

Le Front régional Outaouais a rendu public le... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Le Front régional Outaouais a rendu public le Dossier Outaouais, un document remis il y a un an au premier ministre Philippe Couillard. Sur la photo: Frédéric Poulin, Céline De Guise, Michel Merleau, Maxime Pedneaud-Jobin, Jean-Claude Des Rosiers et Andrew Gibson.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

« L'Outaouais doit prendre sa place au Québec », martèle le Front régional Outaouais (FRO) en insistant sur le besoin d'établir un plan d'action visant à faire comprendre aux décideurs que la région est un « levier de développement pour le Québec au complet ».

Un an après avoir transmis le Dossier Outaouais au premier ministre Philippe Couillard, les membres du FRO ont rendu public ce document détaillant les enjeux auxquels la région fait face et certaines pistes de solution.

Mis sur pied par des intervenants issus de différents domaines en marge de la dernière campagne électorale provinciale en 2014, le FRO n'entend pas laisser les choses aller sans rien faire.

Alors que le Dossier Outaouais présente des constats, il est temps pour le FRO de passer dès l'automne prochain à la rédaction d'un plan d'action, affirme le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin. « Notre objectif, c'est d'être constructif et de dire voici d'où on part, et à partir de maintenant, on fait des pas en avant, ensemble et de façon systématique, et on documente ça. »

Les membres du FRO affirment que certains dossiers ont avancé, en citant l'exemple de l'ajout de deux programmes au Cégep de l'Outaouais et le financement pour analyser le développement de programmes à l'Université du Québec en Outaouais.

« Mais il va falloir augmenter la vitesse pour être capable, éventuellement, d'avoir un rattrapage encore plus concret », note le directeur du Cégep de l'Outaouais et président de l'Alliance pour la cause de l'enseignement supérieur en Outaouais, Frédéric Poulin.

Il y a aussi « des domaines où on pourrait avancer plus vite », souligne M. Pedneaud-Jobin, évoquant le rapatriement des soins de santé consommés en Ontario.

La diversification économique est également un cheval de bataille du FRO. « Faire des affaires en Outaouais, ce n'est pas simple, soutient le président de la Chambre de commerce de Gatineau, Jean-Claude Des Rosiers. On a la région d'Ottawa qui est notre voisine, et je dis tout le temps que quand Ottawa éternue, Gatineau pogne la grippe. »

Le préfet de la MRC Vallée-de-la-Gatineau et président de la Table des préfets de l'Outaouais, Michel Merleau, qui est un nouveau membre du FRO, note pour sa part qu'il importe qu'un partenariat soit établi entre la Ville de Gatineau et les MRC.

Les membres du FRO disent avoir un bon appui de la part des députés de la région, et souhaitent les impliquer dans l'élaboration du plan d'action. Une plus grande sensibilisation de l'administration publique est par contre souhaitée afin que les fonctionnaires comprennent mieux la réalité de l'Outaouais.

M. Pedneaud-Jobin a évoqué la possibilité d'organiser une « journée de l'Outaouais à Québec » afin de mieux faire connaître les enjeux régionaux. De l'information est également transmise aux autres partis politiques pour les sensibiliser aux besoins de la région, a fait savoir le maire.

En plus de M. Merleau, le FRO a récemment accueilli d'autres nouveaux membres, notamment en raison de la refonte de diverses structures par le gouvernement. Le président du groupe Santé Outaouais 2020, Andrew Gibson, et la présidente de Culture Outaouais, Céline De Guise, ont fait leur entrée au FRO. La présidente de Tourisme Outaouais, Manuela Teixeira, y siège également.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer