Les chauffeurs d'Uber en Ontario sont dorénavant assurés

Le Regroupement des travailleurs autonomes Métallos (RTAM) refuse de... (Archives La Presse)

Agrandir

Le Regroupement des travailleurs autonomes Métallos (RTAM) refuse de donner son aval au projet de loi 100, qui ouvre la porte à un projet-pilote avec Uber.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Allison Jones
La Presse Canadienne

Les chauffeurs d'Uber sont maintenant pleinement assurés dans deux provinces canadiennes.

L'Ontario imite l'Alberta et approuve une police d'assurance privée applicable depuis le moment où l'application Uber est activée jusqu'au moment où le passager aura quitté le véhicule. Cette police couvre les conducteurs, les passagers et les propriétaires de véhicule qui font affaire avec Uber en Ontario.

La nouvelle police a été mise au point par la compagnie d'assurance Intact en partenariat avec Uber. Elle ne couvre pas les conducteurs dès lors que l'application Uber est désactivée: à ce moment-là, c'est la police d'assurance automobile personnelle du propriétaire du véhicule qui s'applique.

Les chauffeurs Uber n'ont aucune démarche à faire et n'ont pas besoin d'être assurés par Intact pour obtenir cette couverture entrée en vigueur jeudi, a indiqué le surintendant de la Commission des services financiers de l'Ontario, responsable de l'assurance automobile dans cette province.

Uber offre ses services dans plus de 40 municipalités ontariennes, dont le grand Toronto, Hamilton, London, Windsor, St. Catharines, Kitchener et Kingston.

Intact a lancé une telle police en Alberta la semaine dernière, et elle travaille avec Uber pour l'offrir éventuellement au Québec. D'autres compagnies s'affairent activement pour pouvoir aussi entrer dans la course.

Le gouvernement ontarien travaille avec la Commission des services financiers de l'Ontario et l'industrie «pour actualiser le système d'assurance automobile et mettre au point une solution permanente pour les nouveaux services de transport». Entre-temps, la modification réglementaire apportée cette semaine permettra aux compagnies d'assurance automobile d'offrir une couverture aux entreprises de l'économie du partage.

Les libéraux de Kathleen Wynne ne sont pas très chauds à l'idée d'adopter un projet de loi d'initiative conservatrice qui encadrerait les activités d'Uber, d'AirBnB et d'autres services dits d'«économie du partage». Le projet de loi a été adopté en deuxième lecture l'automne dernier, mais n'a toujours pas été étudié en commission parlementaire. En revanche, le gouvernement Wynne a créé un comité consultatif sur tous les enjeux de cette économie du partage.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer