25 000$ pour le petit Alek

Le petit Alek (tenant les lunettes de soleil)... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Le petit Alek (tenant les lunettes de soleil) entouré des organisateurs de l'événement, François-Xavier Blanchet, Gil Lavoie et François Gauvreau, de ses parents, Karine Brothaler et Éric Paquette, et de son grand frère Eloik.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Karine Brotheler devait encore se pincer, samedi matin. Devant ses yeux, des amateurs de motocyclette se rassemblaient dans le stationnement du concessionnaire Harley-Davidson de l'Outaouais en attendant le signal de départ d'une randonnée qui a permis d'amasser 25 077 $ pour acheter de l'équipement médical pour son fils, Alek. Tout ça, grâce à un pur inconnu.

Alek Paquette avait 3 ans quand il a échappé à la surveillance parentale lors d'une fête d'enfants, l'été dernier. L'enfant a été retrouvé inconscient quelques minutes plus tard, flottant dans une piscine. Bien qu'il ait été sauvé in extremis de la noyade, les séquelles étaient telles que les médecins du Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario (CHEO) ont laissé à ses parents le choix de le débrancher des machines qui le gardaient en vie, estimant qu'il pourrait ne jamais sortir de son état végétatif.

Le reste de l'histoire relève du miracle. En mai dernier, après plusieurs mois de convalescence au CHEO, Alek est revenu chez lui, à Val-des-Monts. Mais le petit a encore beaucoup de chemin à faire et sa condition nécessite des équipements adaptés à ses nouveaux besoins. Le plus convoité - et le plus dispendieux - est une chambre hyperbare, qui envoie une concentration élevée d'oxygène pour régénérer les cellules du cerveau affectées dans l'accident et ainsi accélérer ses progrès.

La nouvelle a été largement répandue sur les médias sociaux. C'est après l'avoir apprise sur le mur Facebook de l'un de ses amis que Gil Lavoie a décidé de mettre à profit son amour pour la moto. « Quand j'ai vu ça, je me suis dit qu'il fallait qu'on fasse un petit quelque chose. Qu'on ramasse 500, 1000 $, ce n'est pas grave, on lui donnerait les recettes pour acheter la machine », raconte le passionné.

Après s'être présenté au père d'Alek, Gil Lavoie a lancé sa propre campagne de publicité sur les médias sociaux. Le tout est « parti en fou ! » Samedi matin, contre toutes attentes, près de 150 motocyclistes étaient au rendez-vous. 

Quant à la nécessité de l'achat d'une chambre hyperbare, elle ne fait aucun doute à la mère d'Alek. « On a loué une machine pour 40 jours et on voit déjà des améliorations. Il a pu dire 'maman', il a dit 'papa' en fin de semaine et il a commencé à pouvoir marcher tout seul avec sa marchette, s'émeut Karine Brothaler. Il y a deux semaines, la physiothérapeute devait l'aider à finir ses pas. Maintenant, il peut faire cinq lignées de 10 pieds tout seul ! »

Si Alek atteint un point où sa chambre hyperbare ne lui est plus utile, sa mère a l'intention de redonner la machine à la communauté. « Parce qu'au fond, c'est la communauté qui va l'avoir payée. On veut soit la donner à la Ressource pour qu'ils donnent des traitements gratuits aux gens, ou accueillir les gens dans notre maison adaptée pour utiliser la machine. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer