Les allosexuels soutenus par les commerces

Une vigile a eu lieu à Ottawa le... (Simon Séguin-Bertrand, archives LeDroit)

Agrandir

Une vigile a eu lieu à Ottawa le 16 juin dernier en lien avec la tuerie dans une boîte de nuit gaie à Orlando.

Simon Séguin-Bertrand, archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Peut-être sans même le savoir, samedi, des centaines de clients de certains restaurants, bars et commerces gatinois ont soutenu financièrement un organisme qui vient en aide aux jeunes allosexuels (membres de la communauté LGBT) de l'Outaouais.

Les entreprises participantes s'étaient engagées à partager une part de leurs profits pour la journée de samedi avec l'organisme Jeunesse Idem, dans le cadre de la campagne « TouS alliéS ». 

Le coordonnateur de Jeunesse Idem, Erik Bisson, se dit très satisfait du résultat au lendemain de cette importante journée pour son organisation.

« La demande est rendue tellement grande qu'on n'est plus capable de répondre. [...] On est seulement deux employés et je ne suis pas en mesure de garantir nos deux salaires en tout temps », explique M. Bisson.

La campagne « TouS alliéS » est donc la plus importante campagne de financement pour cet organisme qui offre divers services pour améliorer la qualité de vie des jeunes allosexuels. Ce support prend différentes formes : de la formation, de l'accompagnement aux proches, des groupes d'échanges, ou encore des rencontres individuelles avec des jeunes allosexuels.

« On va devoir se tourner vers nos députés, le premier ministre et le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, pour les inviter à regarder la réalité et voir qu'il y a un grand besoin en Outaouais pour le type de services que nous offrons », souligne Erik Bisson.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que la journée « TouS alliéS » survient à un moment difficile pour la communauté LGBTQ. L'événement a lieu moins d'une semaine les tragiques événements d'Orlando où un homme a fait feu sur des dizaines de personnes dans une boîte de nuit gaie.

M. Bisson avoue être tiraillé et ne pas avoir voulu faire preuve d'opportunisme dans la promotion de la campagne de financement, même si elle était prévue depuis déjà plusieurs semaines. 

Il soutient cependant que l'incident démontre que l'homophobie est encore bien présente autour de nous.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer