Heures locales réduites au FM 104,7 Outaouais

L'émission L'Outaouais maintenant, animée par Louis-Philippe Brulé sur... (Archives, LeDroit)

Agrandir

L'émission L'Outaouais maintenant, animée par Louis-Philippe Brulé sur les ondes du FM 104,7 Outaouais, finira plus tôt afin de laisser la place à l'émission réseau de Paul Houde.

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les heures de diffusion locale diminueront à compter de la fin août sur les ondes radiophoniques du FM 104,7 Outaouais, mais aucune perte d'emploi n'est prévue à court terme dans le cadre d'une refonte de la grille-horaire qui fera réapparaître le Doc Mailloux.

Le directeur général de la station, Bob Rioux, a indiqué avoir réussi à préserver l'émission du retour à la maison animée par Louis-Philippe Brulé, qui verra toutefois son temps de micro être réduit au profit d'une portion de l'émission réseau de Paul Houde. En Estrie et en Mauricie, le réseau Cogeco a décidé de faire disparaître les émissions locales du retour à la maison pour diffuser l'émission produite à Montréal, dans les studios du 98,5 FM.

L'émission L'Outaouais maintenant pilotée par Louis-Philippe Brulé, qui était auparavant en ondes de 15h à 18h, se terminera à 17h30 pour la saison estivale. À compter du 22 août, elle ne sera diffusée que de 15h à 17h et sera suivie de l'émission réseau de Paul Houde, baptisée Le Québec maintenant. Des insertions locales sont prévues pendant cette portion réseau, précise Bob Rioux. Ce dernier affirme que les changements à venir ne causeront aucune perte d'emploi, mais qu'un metteur en ondes verra ses heures de travail réduites.

La journaliste Anick Charette, qui préside le syndicat représentant une douzaine d'employés du FM 104,7, a précisé que la mise en ondes de l'émission du retour à la maison sera assurée par la coanimatrice Valérie Clairoux. Le metteur en ondes à temps partiel qui effectue actuellement ce travail pourra garder certaines heures de travail grâce à la diffusion de parties de football cet été, mais «il n'y a rien de garanti pour lui par la suite», a indiqué Mme Charette.

«L'ADN» de la station

«C'est sûr que quand on se compare aux autres stations régionales de Cogeco, on est conscient que le 104,7 a évité le pire et ça nous rassure, mais ce n'est jamais une bonne nouvelle de réduire les heures de contenu local, a réagi la présidente du syndicat affilié à la Guilde canadienne des médias. [...] Le contenu local, c'est l'ADN de notre station.»

Selon Anick Charette, «l'employeur a aussi manifesté son intention de couper au moins un demi-poste à temps plein aux nouvelles ou à la recherche», un dossier qui fait présentement l'objet de négociations. Le syndicat s'assurera par ailleurs que l'employeur respecte les conditions sur le contenu local qui avaient été imposées par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications locales lors de l'acquisition de la station par Cogeco.

Le plan de match de Cogeco prévoit également que l'émission Que l'Outaouais se lève, animée par Michel Lapointe, se terminera à 9h30 à compter de la fin août, afin de laisser la place au Doc Mailloux. Ce dernier sera en ondes jusqu'à 11h et sera suivi d'Isabelle Maréchal, jusqu'à midi.

L'émission locale Solide comme le Roch, qui était diffusée ces derniers mois de 11h à 14h, commencera à midi, mais il n'est pas encore déterminé si elle durera deux ou trois heures. La direction pourrait choisir de garder Roch Cholette au micro jusqu'à 15h, ou encore laisser la place à l'émission réseau de Benoît Dutrizac entre 14h et 15h.

Un élu dénonce la «montréalisation»

Le conseiller municipal gatinois Daniel Champagne a réagi sur sa page Facebook à la décision de Cogeco en soulignant que «le rôle des médias dans notre société démocratique est essentiel».

«Or, lorsque la source médiatique s'éloigne de la réalité locale, il perd de son importance et de son intérêt, a-t-il poursuivi. Voilà ce qui mène à un débranchement du citoyen, au sens figuré et au sens propre. Une saine démocratie locale (pouvoir législatif, exécutif et judiciaire) ne peut exister sainement sans la contribution de ce quatrième pouvoir que sont les médias. Il faut dénoncer cette montréalisation médiatique.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer