La gestion de la forêt de l'Aigle compromise

Après sa faillite en 2012, la Coopérative de solidarité de la forêt de l'Aigle... (Courtoisie)

Agrandir

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après sa faillite en 2012, la Coopérative de solidarité de la forêt de l'Aigle (CSFA) se trouve de nouveau en position difficile sur le plan financier, en raison d'un conflit avec la municipalité de Cayamant.

Si, autrefois, la municipalité siégeait au conseil d'administration de la CSFA, les ponts sont officiellement coupés. Le président de la CSFA, Denis Gendron, accuse la municipalité de ne pas avoir respecté ses engagements, de façon à placer la coopérative dans le pétrin.

En décembre 2014, la municipalité a soumis une offre d'achat pour les actifs de la CSFA, en passant par la Corporation de développement économique de Cayamant. 

Ces actifs comprennent un complexe de villégiature avec des chalets, des sentiers récréatifs et, surtout, une entente de délégation du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) pour la coupe de bois.

L'offre d'achat a été adoptée à l'unanimité par le conseil d'administration de la CSFA, selon M. Gendron. Plus tard, en attendant que la transaction soit conclue, la CSFA a délégué la gestion de ses actifs à Cayamant. Le conseil municipal a accepté la «gérance temporaire» lors de sa rencontre d'octobre 2014. La municipalité est alors devenue responsable de la location et de l'entretien des chalets et du pavillon Black Rollway. Elle s'occupe également de coordonner la coupe de bois.

Là où le bât blesse, selon M. Gendron, c'est que Cayamant n'aurait pas effectué les paiements dus aux fournisseurs de la CSFA, comme Hydro-Québec. «Ce qu'on sait, dit-il, c'est qu'ils n'ont pas payé les assurances, ils n'ont pas payé les taxes municipales et ils n'ont pas payé Hydro-Québec. Tout était à notre nom, alors on a des comptes impayés.»

Denis Gendron est doublement contrarié puisqu'en décembre dernier, la municipalité lui a fait savoir qu'elle retirait son offre d'achat. Et, malgré une entente lors d'une rencontre avec des représentants du ministère et de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau, Cayamant a formulé une demande pour obtenir la délégation forestière pour le territoire de la CSFA.

«C'est comme s'ils ont voulu nous mettre en faillite pour avoir l'entente de délégation», fulmine le président de la CSFA.

M. Gendron soutient également qu'il est incapable d'obtenir les états financiers de la CSFA pour la période où la municipalité en était la gestionnaire. Même chose en ce qui concerne la coupe de bois effectuée dans la forêt de l'aigle.

«Le ministère est à veille de nous envoyer un rapport et on ne s'attend pas à ce que ce soit bien rose. C'est nous autres qui allons être dans le trouble avec ça», clame Denis Gendron.

Jointe par LeDroit, la mairesse de Cayamant, Chantal Lamarche, a affirmé que, de son point de vue, «il n'y a aucun conflit avec la CSFA».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer