NextJet se pose à l'aéroport de Gatineau

Cette liaison permet de relier la métropole québécoise... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Cette liaison permet de relier la métropole québécoise à une région de l'Ontario qui connaît une forte croissance, tout en faisant une escale à Gatineau, se réjouit le maire Maxime Pedneaud-Jobin. On le voit ici aux côtés de du président de NextJet, Tan Ahmed, et du directeur général de l'aéroport de Gatineau, Gaston Cloutier.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'aéroport de Gatineau n'est officiellement plus orphelin de transporteur aérien. La compagnie NextJet offre depuis lundi matin une liaison Kitchener-Peterborough-Gatineau-Montréal, aller-retour, six jours par semaine.

Cette liaison permet de relier la métropole québécoise à une région de l'Ontario qui connaît une forte croissance, tout en faisant une escale à Gatineau. «Ça fait connaître notre aéroport dans la communauté d'affaires ontarienne et de Montréal, a lancé le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin. Plus il y a de gens qui passent ici, plus ça met l'aéroport en valeur. C'est une étape importante et j'ai beaucoup d'espoir de revoir une liaison avec Québec, parce que ça met Gatineau là où elle doit l'être: dans l'axe Québec-Montréal-Gatineau, les trois pôles urbains les plus importants.»

Le directeur général de l'aéroport de Gatineau, Gaston Cloutier, affirme qu'il continue de travailler sur ce dossier. «C'est un long processus», note-t-il. 

Le président de NextJet, Tan Ahmed, a fait savoir que la réponse de la clientèle était jusqu'à maintenant très bonne. «Nous sommes bien supportés par la région de Kitchener et Peterborough, dit-il. Ce sont deux villes en développement et nous sommes confiants de pouvoir générer plus de déplacements en provenance de Gatineau, Ottawa et Montréal.»

Le vol inaugural qui a eu lieu lundi matin était rempli à pleine capacité. Huit passagers prenaient place dans l'avion Beechcraft King Air construit en 1976. «Ces avions, c'est comme une Rolex, a imagé le président du transporteur aérien. Si c'est bien entretenu, ça prend de la valeur avec l'âge et c'est bon pour toute la vie.»

Site en anglais seulement

Même s'il est déjà su depuis des mois que le cette liaison de NextJet allait être mise en service cette semaine, la compagnie n'a toujours pas fait traduire son site Internet en français pour ses clients francophones de Gatineau et Montréal.

Pour l'instant, l'onglet «français» est bien visible sur le site, mais le travail n'est pas allé plus loin. Le site est toujours unilingue anglais. 

«Nous n'avons pas pu le faire à cause de contraintes de temps, nous travaillons là-dessus et dès qu'on pourra ça sera mis en place, a affirmé M. Ahmed. C'est une question de semaines.»

Après-bal sans anicroche à l'aéroport

Le premier après-bal tenu dans le hangar n° 4 de l'aéroport de Gatineau, vendredi dernier, s'est déroulé sans aucun problème. «Comme c'était prévu», a fièrement lancé le directeur général Gaston Cloutier.

«Il n'y a pas eu d'anicroches, pas eu de problème, a-t-il ajouté. Il y avait beaucoup de mesures de sécurité. Elles ont été respectées, tout s'est bien passé.»

D'ici la fin juin, une quinzaine d'après-bals doivent se dérouler dans le hangar n° 4 de l'aéroport de Gatineau. Cette nouvelle façon d'engranger des revenus pour l'aéroport avait soulevé l'ire de propriétaires qui louent des espaces de stationnement pour leur avion.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer