Les organisateurs du Festibière enchantés par le site du musée

L'équipe du Festibière a de grandes ambitions et... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

L'équipe du Festibière a de grandes ambitions et des projets un peu fous. Elle ne s'en est d'ailleurs jamais cachée.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pour son sixième anniversaire, le Festibière de Gatineau s'est offert rien de moins qu'un des sites les plus enchanteurs du pays: la Grande Galerie du Musée canadien de l'histoire. Et pour les organisateurs, ça promet pour l'événement en 2017, année du 150e anniversaire de la Confédération.

Pour son sixième anniversaire, le Festibière de Gatineau... (Etienne Ranger, Archives LeDroit) - image 1.0

Agrandir

Etienne Ranger, Archives LeDroit

L'équipe derrière cette célébration du houblon était loin de nager en eaux inconnues. Le Festibière d'hiver se tient au musée depuis 2014 et puis, entre ce site et le précédent - le parc Jacques-Cartier -, il n'y a que le boulevard des Allumettières.

Nicolas Cazelais, propriétaire de la microbrasserie Gainsbourg et membre de l'équipe du Festibière depuis les débuts, exprimait une grande satisfaction au lendemain de l'événement qui s'est conclu samedi soir. «C'est la plus belle expérience que j'ai vécue avec cet événement. C'est peut-être prétentieux, mais je pense qu'on a maintenant le plus beau festibière au monde. Le site est tout simplement enchanteur. On ne peut pas avoir ça ailleurs.»

Déjà installé à Rouyn-Noranda, Ottawa et Toronto, le Festibière continue toutefois sa croissance dans son patelin, à Gatineau.

De grands projets pour 2017

L'équipe de l'événement a de grandes ambitions et des projets un peu fous. Elle ne s'en est d'ailleurs jamais cachée.

Au cours des dernières années, les organisateurs ont placé leurs pions pour offrir des produits ontariens au public québécois et vice-versa. Pour le 150e anniversaire de la Confédération, l'an prochain, M. Cazelais affirme ne vouloir rien de moins qu'une bière par province canadienne, au minimum.

Un projet déjà évoqué publiquement, l'organisation souhaite aussi embrasser pleinement les liens qu'elle suscite entre l'Ontario et le Québec. Si tout se passe comme l'équipe le souhaite, le Festibière 2017 se déroulera à la fois à Ottawa et à Gatineau et un mode de transport rapide, mais indéfini, permettra aux gens de traverser rapidement d'un site à l'autre.

«Il y a encore beaucoup de défis à surmonter pour y arriver, des défis monétaires surtout. Il faut aussi avoir accès à un parc près de la rivière à Ottawa. Je pense qu'on aura besoin d'un appui politique.»

D'ici là, l'équipe dirige déjà ses efforts vers Rouyn-Noranda où elle sera du 9 au 11 juin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer