Le chantier de MOSAÏCANADA démarre cet été

«C'est un voyage à travers le Canada que... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

«C'est un voyage à travers le Canada que nous allons proposer aux visiteurs», explique la directrice générale des Mosaïcultures internationales, Lise Cormier.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le but victorieux de Paul Henderson avec 34 secondes à jouer lors de l'ultime match de la Série du siècle en 1972, une réplique grandeur nature du premier train à avoir traversé le Canada d'un océan à l'autre, les chercheurs d'or au Yukon ou encore un immense coquelicot déposé dans la paume d'une main: l'équipe des Mosaïcultures internationales a bien l'intention de marquer l'imaginaire des Gatinois et des centaines de milliers de visiteurs qui se rendront au parc Jacques-Cartier à l'été 2017.

«C'est un voyage à travers le Canada que nous allons proposer aux visiteurs, explique la directrice générale des Mosaïcultures internationales, Lise Cormier. Nous allons commémorer des personnages, des moments historiques et faire une grande place à l'imaginaire des Premières Nations.»

L'oeuvre phare des Mosaïcultures internationales, La Terre Mère, une sculpture gigantesque qui se veut une ode à la vie et à la nature fera aussi partie de l'exposition. Son envergure est telle que les travaux pour son installation devront débuter dès cet été au parc Jacques-Cartier. 

«Il faut avoir commencé à travailler sur le site au plus tard en septembre prochain, prévient Mme Cormier. Il n'y a pas de problème à ce que la structure passe l'hiver là. L'important c'est que nous soyons prêts à planter les fleurs dans la sculpture dès le printemps prochain.»

Les sentiers existants du parc Jacques-Cartier et de nouveaux qui seront aménagés serviront de lien entre les oeuvres de l'exposition. «L'accent sera vraiment mis sur les oeuvres, ajoute Mme Cormier. Le site complet aura une logique, il sera une oeuvre en lui-même.»

La grande patronne des Mosaïcultures internationales précise que son organisation se tournera le plus possible vers les fournisseurs de services de la région. Les pépinières de Gatineau devraient aussi être mises à contribution puisque plus d'un million de plantes et de fleurs seront nécessaires.

Sylvie Goneau a «manqué de solidarité»

Au moment même où le maire Maxime Pedneaud-Jobin ouvrait la bouche, jeudi, pour s'adresser aux gens d'affaires réunis par la Chambre de commerce de Gatineau (CCG), la conseillère et candidate à la mairie en 2017, Sylvie Goneau, aussi présente pour l'allocution du maire, faisait parvenir aux médias ses réactions concernant l'annonce conjointe des trois paliers de gouvernement sur les Mosaïcultures de Gatineau en 2017 qui devait avoir lieu 90 minutes plus tard.

Même si elle exigeait des médias qu'ils respectent un embargo - ce qui a été fait -, la missive de la conseillère a été très mal perçue par plusieurs de ses collègues et partenaires au comité du 150e où elle siège à titre d'élue.

«Disons que j'aurais souhaité qu'elle soit un peu plus solidaire dans l'annonce de cet important événement, a confié au Droit la coprésidente du comité du 150e, Manuela Teixeira. On ne peut empêcher les gens de parler, mais j'aurais souhaité plus de solidarité. C'est un impair.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer