Bowman veut que sa forêt soit un parc régional

«La Lièvre, on a tendance à l'oublier un... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

«La Lièvre, on a tendance à l'oublier un peu. Ce serait une bonne occasion de reconnaître cette partie de la MRC où nous aurions quelque chose de spécial», affirme la préfète de la MRC de Papineau à propos du projet de mise en valeur de la forêt Bowman.

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La municipalité de Bowman, dans la MRC Papineau, réclame le statut de parc régional pour son projet Forêt Bowman, dans l'espoir de faire passer celui-ci à la vitesse supérieure.

Sur la table à dessin depuis 2008, le plan de mise en valeur récréotouristique de la forêt Bowman vise le développement d'activités de plein air au coeur du site de 650 hectares localisé sur des terres publiques intramunicipales. 

Un premier sentier pédestre d'environ cinq kilomètres a déjà été aménagé et est accessible depuis 2014 dans le parc, dont l'embouchure est située au bout du chemin du lac du Brochet.

Le sentier longe deux lacs et donne notamment accès à deux belvédères d'observation. Un réseau de chemins forestiers est aussi accessible à la circulation de véhicules tout-terrain et de voitures.

Des plans ont aussi été développés pour aménager au moins 20 autres kilomètres de sentiers pédestres, de même que des parois d'escalades, des postes d'interprétation de la flore et des espaces destinés camping sauvage.

Bowman a déjà injecté 50 000 $ dans le projet, mais le maire Michel David souhaite maintenant que le site soit reconnu comme un parc régional par la MRC Papineau et le ministère des Ressources naturelles. 

Une demande en ce sens a été logée à la MRC. Le dossier doit être abordé plus tard cette semaine devant la commission d'aménagement et des ressources naturelles du gouvernement régional.

Selon le maire David, la forêt Bowman a tout pour devenir un joyau touristique et économique de ce secteur de la MRC Papineau, qui se trouve au nord-ouest de Buckingham, à la frontière avec Denholm et Val-des-Monts. 

Sécuriser le projet

«Avant d'aller trop loin et d'investir trop, on veut sécuriser le projet pour ne pas que ça tombe dans l'oubli. Ce qu'on souhaite, c'est que ce soit reconnu comme un parc régional le plus tôt possible, ce qui nous permettrait d'aller chercher des subventions pour continuer le développement. Sans statut, on ne peut pas demander rien à personne», soutient le premier magistrat.

Le maire David aimerait qu'un organisme sans but lucratif soit éventuellement créé pour gérer l'endroit, une fois que celui-ci aura obtenu le sceau de parc régional. 

La préfète de la MRC Papineau, Paulette Lalande, souligne que le dossier est intéressant. Toutefois, c'est la Commission d'aménagement et des ressources naturelles qui devra faire ses recommandations au conseil des maires. 

«La Lièvre, on a tendance à l'oublier un peu. Ce serait une bonne occasion de reconnaître cette partie de la MRC où nous aurions quelque chose de spécial. Il faut cependant être d'accord entre les maires, parce qu'une fois qu'il y a reconnaissance, il faut qu'il y ait une implication de la MRC», dit-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer