Passages à niveau: Transports Canada doit en faire plus, dit le BST

L'organisme indépendant réclame des «mesures concrètes» en réponse... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

L'organisme indépendant réclame des «mesures concrètes» en réponse à son rapport sur l'accident entre un autobus d'OC Transpo et un train de VIA Rail, le 18 septembre 2013, à Ottawa.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Transports Canada pourrait aller plus loin dans ses propositions pour réduire le risque d'accident aux passages à niveau, croit le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST).

L'organisme indépendant réclame des «mesures concrètes» en réponse à son rapport sur l'accident entre un autobus d'OC Transpo et un train de VIA Rail, le 18 septembre 2013, à Ottawa.

En décembre dernier, deux ans après l'accident qui a fait six morts et 34 blessés près de la gare de Fallowfield, le BST a publié cinq recommandations pour corriger des lacunes. De ce nombre, quatre étaient adressées au ministère des Transports.

Le BST a émis mardi une réaction mitigée à la réponse de Transports Canada. «Je crains que ces efforts n'aillent pas assez loin et ne soient pas suffisamment rapides», a soulevé la présidente du BST, Kathy Fox, dans un communiqué de presse.

Le BST avait suggéré d'élaborer et d'imposer aux autobus commerciaux des normes de résistance à l'impact pour réduire le risque de blessures. Le ministère a préféré évaluer la résistance actuelle des autobus en examinant des données sur des accidents survenus dans des villes partout au monde.

Une autre recommandation était d'exiger que les autobus commerciaux soient équipés d'enregistreurs de données routières (EDR) résistants à l'impact. Transports Canada s'est engagé à faire des recherches sur les technologies en question et à examiner les normes internationales. Ces deux réponses ont été jugées «en partie satisfaisante(s)» en raison de l'absence de plans explicites pour la mise en oeuvre des actions.

Comme demandé, Transport Canada s'est engagé à dresser les lignes directrices sur l'installation d'écrans d'affichage pour réduire le risque de distraction chez le conducteur, en plus de consulter des experts pour trouver d'autres pistes de solutions. Le ministère a aussi dit vouloir collaborer avec les provinces et les chemins de fer pour déterminer le moment où un saut-de-mouton devrait être construit à des passages à niveau existants, ayant reconnu des imprécisions dans son nouveau Règlement sur les passages à niveau (2014).

La Ville d'Ottawa réalisera une étude pour déterminer la faisabilité d'aménager des sauts-de-mouton sur les passages à niveau de l'avenue Woodroffe, du Transitway et du chemin Fallowfield.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer