Le projet du sentier du «p'tit train» est sur les rails

Le projet à l'étude présentement prévoit une piste... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Le projet à l'étude présentement prévoit une piste en pierres concassées plutôt qu'en asphalte.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ce qui n'était au départ qu'une idée lancée par des citoyens de Chelsea gagne du terrain au point de recueillir l'appui d'une vingtaine de leaders de la communauté. Le projet de sentier récréatif à l'endroit où se trouvent les rails du train à vapeur pourrait être en voie de se réaliser.

La présidente de Sentinelle Outaouais, Meredith Brown, le président d'Ed Brunet et associés, Raymond Brunet, et le président du Moulin de Wakefield, Robert Milling, ne sont que quelques-uns d'une liste de 21 écologistes, athlètes et gens d'affaires qui ont choisi de devenir ambassadeurs du projet.

Or, en plus de ces appuis, une étude de faisabilité a été commandée pour déterminer si les coûts pour retirer les rails et transformer la voie en sentier boisé sont raisonnables. Selon Alain Piché, de l'organisme Sentiers Chelsea, si cette étude est positive, le sentier pourrait être prêt aussi tôt qu'à l'été 2017. 

«La prochaine étape, c'est vraiment la transformation en piste multifonctionnelle», explique M. Piché.

Ce qui facilite grandement le processus, c'est que Sentiers Chelsea semble jouir du soutien du conseil municipal et qu'ils n'ont pas à attendre une autorisation de la Compagnie de chemin de fer de l'Outaouais (CCFO). 

Le CCFO a renoncé au bail des rails et celles-ci sont désormais la responsabilité de la municipalité de Chelsea qui doit décider ce qu'elle en fera. Un élément «fondamental» du projet, souligne Alain Piché.

Sentier communautaire

Le projet à l'étude présentement prévoit une piste en pierres concassées, plutôt qu'en asphalte.

«Ce serait vraiment une piste communautaire, ce n'est pas pour les vélos de route haute vitesse. C'est pour les enfants qui veulent rejoindre leurs amis l'été ou les gens qui veulent marcher.»

Si elle ne prête pas à toutes les activités extérieures estivales, comme le patin à roues alignées, elle facilitera tout de même la pratique d'activités hivernales dans le secteur.

Selon Alain Piché, la pratique du ski de fond pourrait venir plus rapidement chaque hiver sur ce sentier, puisqu'il ne sera plus nécessaire d'attendre une épaisseur suffisante de neige pour recouvrir les rails.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer