Reconnecter avec la nature à la Ferme Moore

Les plans d'aménagement préparés par la Coopérative de... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Les plans d'aménagement préparés par la Coopérative de la Ferme Moore seront bientôt rendus publics.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Ferme Moore commence de plus en plus à jouer son rôle de catalyseur dans le domaine de l'agriculture urbaine, à Gatineau. Dès cet été, le grand domaine champêtre situé en bordure du boulevard Alexandre-Taché accueillera des camps de jours uniques en leur genre destinés aux jeunes de cinq à 16 ans.

Les iPad et les cellulaires qui prennent de plus en plus d'espace dans l'univers de jeunes ne seront d'aucune utilité sur le site. «On va leur remettre les pieds sur terre, et les mains dedans», lance avec un large sourire dans la voix Claude Sirois, un des fondateurs de la Coopérative de solidarité de la Ferme Moore. 

Deux organismes environnementaux, Enviro Éduc-Action et Écolonature coordonneront un camp de jour de formation en agriculture urbaine pour les adolescents, ainsi que le camp «Du jardin à l'assiette» qui vise à éveiller à la nature et à l'écologie les enfants de cinq à douze ans. Les organisateurs seront d'ailleurs aux Galeries de Hull, samedi et dimanche, pour donner de l'information et prendre les inscriptions. 

«Avec l'urbanisation des dernières décennies, c'est évident qu'il y a une perte de contact avec la nature pour les jeunes, explique M. Sirois. À Gatineau, 73% de la population est installé sur 1% du territoire. Il y a un besoin à combler. Il faut rapprocher les jeunes de la nature, les aider à s'émerveiller devant des choses qui peuvent paraître très simples. Ces camps d'été sont directement en lien avec la mission de la ferme qui est de ramener les jeunes en contact direct avec la nature et la biodiversité.»

Le plan de Gatineau

La Ville de Gatineau doit présenter son nouveau programme en agriculture urbaine à la fin mars. Il devra ensuite être adopté par le conseil municipal. La conseillère qui chapeaute le dossier, Louise Boudrias, a souvent répété que les Gatinois ont soif d'agriculture urbaine et que la Ville doit en faire plus pour favoriser cette activité.

La Coopérative de la Ferme Moore entend profiter de ce contexte pour rayonner le plus fort possible. Les plans d'aménagement du site seront bientôt rendus publics. M. Sirois explique que des botanistes, maraîchers, architectes et ingénieurs ont participé à développer le concept. «Ça va être une vitrine extraordinaire, dit-il. La plus extraordinaire, comestible et attrayante possible. On ne se contentera pas de faire une plate-bande. Notre approche est celle du jardinier. Le secret du jardinage c'est la préparation du sol, pour qu'il soit fertile. On peut dire qu'on a bien préparé notre terrain. Nous avons une bonne approche, un bon plan d'affaires et nous avons regroupé un nombre impressionnant d'experts et de collaborateurs.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer