Bientôt des alertes Amber bilingues en Ontario

L'alerte Amber n'a été diffusée qu'en anglais dimanche... (Courtoisie)

Agrandir

L'alerte Amber n'a été diffusée qu'en anglais dimanche soir en Ontario et en Outaouais.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Police provinciale de l'Ontario (PPO) soumettra une demande au comité responsable des alertes Amber de la province, afin que les messages diffusés par l'entremise des services de télévision et de radio soient rédigés en anglais et en français.

Contactée par LeDroit au lendemain d'une alerte diffusée dans les médias afin de retrouver un garçon à Orillia, au nord de Toronto, l'inspectrice responsable des alertes Amber pour la PPO, Robyn MacEachren, confirme qu'il serait dans l'intérêt du public que le message soit véhiculé dans les deux langues. L'alerte diffusée dimanche soir était diffusée uniquement dans la langue de Shakespeare, autant à Ottawa qu'à Gatineau. 

« Je vais demander au comité si c'est possible de considérer pour les cas futurs de faire une traduction pour les régions francophones, ou si on peut diffuser le message dans les deux langues », mentionne Mme MacEachren.

Le Programme d'alerte Amber de l'Ontario est une initiative conjointe de l'Association ontarienne des radiodiffuseurs, des forces de l'ordre et du ministère des Transports de l'Ontario. L'objectif est d'alerter le public lorsqu'un enfant a été enlevé et que la police a des motifs de croire que cet enfant est sérieusement en danger. La PPO administre le programme dans la province. Elle fournit aux médias des renseignements essentiels qui pourraient aider à localiser un enfant dont un enlèvement est présumé.

L'alerte Amber utilise les panneaux routiers à affichage variable, les appareils de loterie vidéo, la radio, la télévision et le câble afin de diffuser le plus rapidement possible la description de la victime enlevée, du ravisseur et du véhicule utilisé par le suspect.

règles du crtc

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) admet qu'il n'y a pas de spécification de langue d'affichage dans le règlement proposé. Il est tout de même indiqué qu'il est préférable que les deux langues officielles du Canada soient utilisées. 

Le CRTC « encourage les organisations de gestion des urgences (OGU) à créer des messages dans les deux langues officielles et à envisager des possibilités de diffusion en langues tierces avec es radiodiffuseurs. De plus, le Conseil encourage l'industrie de la radiodiffusion à consulter les OGU pour définir la langue des messages d'alerte en cas d'urgence dans les marchés bilingues et trouver des solutions pour les alertes en langues tierces. À cet égard, le Conseil ne tient pas les radiodiffuseurs ou les entreprises de distribution de radiodiffusion responsables de la traduction des messages d'alerte en cas d'urgence », peut-on lire dans les règles encadrant la distribution obligatoire de messages d'alerte en cas d'urgence.

Le Commissariat aux services en français de l'Ontario affirme ne pas avoir reçu de plainte concernant la diffusion de l'alerte en anglais de dimanche soir. Toutefois, le Commissariat assure qu'il surveillera de près la situation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer