Place à la grande valse hivernale

Gregory Charles a réchauffé la foule réunie au... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Gregory Charles a réchauffé la foule réunie au parc de la Confédération, vendredi soir, lors du lancement de Bal de neige.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le coup d'envoi a été officiellement lancé vendredi soir au parc de la Confédération, le bal peut commencer.

C'est à Gregory Charles qu'est incombée la tâche de réchauffer les centaines de personnes rassemblées pour le début du Bal de neige, alors que le mercure chutait assez rapidement au centre-ville d'Ottawa.

Était-il prêt pour ce défi? Pas selon lui.

«Il n'y a pas de programme ce soir, je ne sais pas ce que je fais», a indiqué à la foule le chanteur aux multiples talents après un medley qui comprenait - entre autres - The Merrymen, La Compagnie Créole et Alys Robi.

À sa défense, le chanteur jouait du même coup le rôle de chef d'orchestre en indiquant aux musiciens dans quelle tonalité jouer, aux bonheurs de la foule ravie d'entendre ces classiques de la chanson.

Des activités pour tous les goûts 

Des activités seront offertes tout au long du week-end sur les sites officiels du Bal de neige. Les glissades au parc Jacques-Cartier, comme toujours. La patinoire du canal Rideau, bien entendu. Mais aussi les premiers Jeux des serveurs, dimanche après-midi, dans le marché By.

Une autre de ses activités s'est entamée vendredi soir et se poursuivra samedi soir: le Festibière d'hiver au Musée canadien de l'histoire.

Les principaux ingrédients de la recette Festibière demeurent les mêmes, mais les organisateurs ont choisi d'augmenter la capacité de la terrasse extérieure où un feu de joie et un chansonnier sont installés. Des bières chaudes, agrémentées d'épices diverses, sont également servies.

Plusieurs centaines d'amateurs de houblon se sont rués... (Etienne Ranger, Archives LeDroit) - image 2.0

Agrandir

Plusieurs centaines d'amateurs de houblon se sont rués vers le Musée de l'histoire à l'occasion du Festibière d'hiver.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Après de longs efforts pour s'assurer de respecter les normes divergentes du Québec et de l'Ontario, le Festibière est également en mesure d'offrir un choix diversifié de bières ontariennes cette année, souligne le cofondateur de l'événement, Alex Van Dieren.

«C'était une grosse demande à laquelle on devait répondre. Le plus drôle, c'est qu'au Brewfest d'Ottawa, notre clientèle principalement ontarienne nous demande les produits québécois. Même si le phénomène des micro-brasseries est encore assez récent, on voit que les gens ont essayé les produits locaux et veulent continuer à découvrir des nouvelles choses.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer